A la une Politique

Elections communales – Le TIM débouté de ses requêtes à Antananarivo

Les barons du TIM dépités par le décision du tribunal administratif, hier.

A la veille de la proclamation des résultats définitifs des communales, les verdicts sur les contentieux électoraux sont tombés. La décision du Tribunal administratif d’Antananarivo a mis fin au suspense des parties requérantes.

Coup dur. Bien que la saisine du Tribunal administratif ait été le dernier espoir pour l’opposition et ses alliés de reconquérir la mairie d’Antananarivo, la décision du Tribunal administratif rendue, hier, à Anosy, a toutefois contredit l’initiative du candidat Rina Randria­masinoro de parvenir à ses fins, « la recherche de la vérité ».

L’atmosphère était tendue à Anosy. Le dossier de Rina Randriamasinoro opposant à Naina Andriantsi­tohaina a été jugé devant les juges administratifs. Le bras de fer entre ces deux parties est palpable dès l’entrée en scène des avocats. De l’autre côté, la présence massive des partisans des candidats à l’audience montre l’importance de l’affaire. Les requêtes déposées par le parti Tiako i Madagasikara (TIM) dans le cadre des contentieux électoraux sont finalement rejetées par le Tribunal administratif à l’issue des verdicts. De plus, jugées infondées, ces requêtes n’ont pas été retenues alors qu’à la base, d’après les causes défendues durant l’audience le matin, les preuves sur les fraudes observées dans les bureaux de vote ont été soulevées.

Mécontentement
« Nous ne partageons pas la position du Tribunal administratif dans sa décision puisqu’il n’a fait que confirmer la décision antérieure. Les résultats provisoires rendus par la Commission électorale nationale indépendante n’ont pas changé », réagit Hanitra Razafimanantsoa, député de l’opposition après la proclamation des verdicts. à Antananarivo, le TIM a orienté ses requêtes sur trois points majeurs dont l’annulation des voix obtenues par le candidat Naina Andriantsitohaina, la confrontation de la liste électorale émargée utilisée aux législatives et aux communales ainsi que l’annulation des opérations électorales dans tous les bureaux de vote. Mais en faveur de sa décision, le Tribunal administratif a conclu par un simple rejet de ces dossiers.

Les partisans du TIM qui sont venus à Anosy se disent être insatisfaits de la décision du Tribunal administratif, hier. Les uns ont qualifié d’injuste le jugement alors que les autres n’arrivent pas à croire qu’aucune des preuves présentées pour convaincre le juge n’a rien produit. « Même la requête sur la confrontation de la liste électorale émargée n’a pas été tranchée. Mais cela ne nous empêche pas de poursuivre notre volonté de trouver
la vérité », regrette Rina Randriamasinoro, candidat maire à Antananarivo.

L’opposition reconnaitra-t-elle sa défaite aux communales? Les manifestations hebdomadaires à la place de Magro se poursuivront-elles ? Les batailles ne semblent pas encore perdues pour le TIM. La voie de recours s’ouvre aux perdants. La suite du parcours dépendra de la proclamation des résultats définitifs, demain. « Si les juges du Tribunal administratif n’ont pas pu trancher pour trouver la vérité, la suite de la procédure au niveau supérieur
sera confiée aux avocats. Et les défenseurs de la vérité, eux aussi, peuvent plaider leur cause », explique Hanitra Razafimanantsoa.

La stratégie de l’opposition d’attaquer ses adversaires devant la justice n’a pas non plus abouti dans la capitale du Vakinankaratra. Guy Rivo Randrianarisoa a perdu la bataille devant le candidat pro-régime qui mène provisoirement.

Mais il y en a qui ont réussi à reconquérir leur place dans leur fief. Dans la commune d’Ivato, les requêtes déposées à l’encontre du candidat du TIM, Landry Randria­narisoa sont rejetées. Il en est de même pour Rado Ramparaoelina à Ampitatafika où le maire TIM élu dans la circonscription d’Atsimondrano espère déjà une réélection à son fauteuil.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Prédictions infaillibles ! Notre flair politique avec une sans faute chronologique en analyses pertinentes des échéances électorales successives depuis les présidentielles trouvent superbement son couronnement par la chute du mythe d’un self-made man fourbe et roublard à savoir Marc Ravalomanana . Ce prédateur n’aurai jamais du présider les destinés de ce pays déjà sans feu Jean ROBIARIVONY ministre de Didier Ratsiraka en 1988 qui l’a sauvé de l’emprisonnement suite à une corruption active à l’usine Lalasoa . Norbert Lala Ratsirahonana a également sa grande part de responsabilité pour l’hold-up électoral véritable coup d’état en 2002 .Ces politicards du TIM qui fustigent la justice de leur pays ont la mémoire courte surtout par mauvaise foi , eux qui ont toujours prétendu être « légalistes » depuis la révolution orange en 2009 . Nous allons certainement assister à un cirque maintenant ( nous l’avons pronostiqué !) Marc Ravalomanana va scander la réconciliation nationale dans un dessein malsain et vil de sauver sa peau lors d’une probable réouverture de son procès pour crimes de sang lors des tueries d’Ambohitsorohitra . D’ailleurs le pouvoir est fortement incité à rétablir cette anomalie juridique de non signification de son jugement , état de droit oblige !