A la une Social

Association Fitia – Des couveuses remises au CENHOSOA

Une poignée de main entre la Première Dame et le Directeur de l’établissement, lors de la remise de don. 

La première dame a remis un don au service de pédiatrie et de néonatologie de l’Hôpital militaire de Soavinandriana.

Deux couveuses ont été remises par Mialy Rajoelina, la Première Dame, hier au Centre Hospitalier de Soavianandriana, au niveau du service de cet établissement. Durant la cérémonie de remise des couveuses, la Première Dame a souligné que, « C’était désolant de voir que deux couveuses seulement sont utilisées pour trois enfants, et les bébés prématurés qui en ont besoin doivent attendre avant d’y être accueillis. C’est ce que nous avons constaté lors de notre précédente visite dans ce service», regrette la Première Dame. Ce don fait suite à la précédente visite du couple présidentiel, le 24 décembre 2019, au niveau de ce service même.

« Il est évident que les bébés nés prématurément nécessitent d’être admis dans une couveuse pour une durée d’une semaine à un mois afin qu’ils puissent atteindre le poids requis. Ce qui nous a poussés à faire don de ces deux couveuses», enchaine-t-elle. Ce don de l’Association Fitia est arrivé à point nommé, selon le Directeur général du centre hospitalier, le médecin général Fanomezantsoa Rakoto. « Nous sommes reconnaissants puisqu’une couveuse équivaut à un centre de réanimation. En effet, elles sont équipées d’un électrocardiogramme permettant de vérifier la pulsion du bébé», indique-t-il.

Nécessité
Environ cent quarante sur mille naissances ont besoin d’une couveuse dans ce centre hospitalier. Le besoin est de plus en plus pressant. Auparavant seulement trois couveuses ont été disponibles dans le service de pédiatrie et de néonatologie pour accueillir les bébés nés prématurés dans ce service. Actuellement; il y en a cinq. « Seulement les nourrissons nés et qui ont un poids inférieur à 3,5 kg sont admis. Puis le bébé y est couvé pendant une durée d’une semaine à trois mois, ceci en fonction de l’état de santé et du mois de naissance du nourrisson. Ce n’est pas toujours nécessaire dans la mesure où une technique particulière est adoptée, la maman kangourou, pour les bébés qui n’ont pas besoin d’être placés en couveuse.