Sport

Football – CAN 2019 – L’Égypte choisi comme pays hôte

Le stade du Caire, une des enceintes qui seront utilisées durant la CAN.

La CAF a choisi l’Égypte pour la CAN 2019, aux dépens de l’Afrique du Sud. Les Égyptiens doivent maintenant assurer la sécurité durant l’événement.

Contrepied. La Confé­dération africaine de football a annoncé, hier, le nom du pays hôte de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Ahmad, président de la CAF, a ainsi dévoilé la décision d’attribuer l’organisation de la CAN à l’Égypte. Et ce, aux dépens de l’Afrique du Sud, l’autre candidat. Initialement, la réunion du comité exécutif et cette conférence de presse étaient prévues pour ce mercredi, d’après le programme communiqué par la CAF. Tout le monde était ainsi campé sur la date du 9 janvier. Mais vraisemblablement, la réunion a été avancée pour hier matin. Idem pour la conférence de presse qui s’en est suivie, prenant de court plus d’un.
Cette annonce vient mettre fin à plusieurs mois de suspense, à la suite du retrait de l’organisation au Cameroun et au désistement du Maroc. « Toutes les opérations sur ces préparations commencent dès maintenant… Nous connaissons les défis. Nous connaissons les problèmes qui existent… Nous pouvons demander le soutien de nos partenaires, dont en partie la FIFA ou d’autres pays, pour nous aider à réaliser cette CAN », souligne Ahmad, dans son allocution.
L’Égypte accueillera le sommet continental pour la cinquième fois, après 1959, 1974, 1986 et 2006. Le pays des Pharaons grille la politesse à l’Afrique du Sud, alors que beaucoup pensaient que la nation Arc-en-ciel constitue la meilleure solution.

Aspect sécuritaire
La CAN 2019 s’étalera du 15 juin au 13 juillet. Le Caire, capitale égyptienne, dispose de plusieurs grands stades, capables de recevoir des rencontres internationales. Mais sachant que la CAN se joue à vingt-quatre équipes désormais, six enceintes sont requises, au lieu de quatre comme auparavant. De ce fait, les terrains d’Alexandrie, de Port-Saïd et de Suez devraient également être mis à contribution durant l’événement.
Au niveau logistique, il ne devrait y avoir aucun souci. Par contre, l’aspect sécuritaire demeure la grande question. D’un côté, il y a la violence récurrente dans les stades. Il n’est pas rare de voir des matches se jouer à huis clos, ces dernières années.
De l’autre, il y a la menace terroriste. Pas plus tard que ce weekend, un énième attentat a été fomenté au Caire, tuant un policier. Les Égyptiens ont six mois pour trouver des solutions, afin d’assurer la sécurité des équipes participantes, ainsi que des millions de supporters qui feront le déplacement.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter