Accueil » Social » SANTÉ – Recrudescence des infections pulmonaires
Social

SANTÉ – Recrudescence des infections pulmonaires

La baisse du taux de couverture vaccinale a favorisé la recrudescence de nombreuses maladies. Les infections pulmonaires en font partie.

Reprise. La bronchiolite n’est plus le principal motif d’hos­pitalisation des enfants en cette saison de la maladie. De nombreux enfants atteints d’infections pulmonaires sont hospitalisés à Antananarivo. « Nous recevons, en moyenne, quatre enfants souffrant d’infections pulmonaires, quotidiennement. », indique un médecin de l’hôpital Mère-enfant à Ambohimiandra. Cette maladie connaîtrait une recrudescence. La baisse de l’immunité des enfants en serait la principale cause. « Ces infections peuvent être provoquées par des bactéries dans les voies respiratoires de l’enfant. Lorsque l’individu a une faible immunité, la maladie s’aggrave », explique ce médecin.

La pollution de l’air, la sous-alimentation et la non-vaccination affaiblissent l’immunité des enfants. Les professionnels de santé alertent, en particulier, sur la faible couverture vaccinale des enfants à Antananarivo. « De nombreux enfants n’ont pas effectué les vaccins de routine, selon les résultats des entretiens avec les patients. Ceci favorise des maladies », préviennent des médecins. La baisse du taux de couverture vaccinale a été observée durant l’épidémie de coronavirus. De nombreux parents n’ont pas vacciné leurs enfants pendant les confinements.

Vaccins obligatoires

Il était difficile de rejoindre les centres de vaccination à l’époque. Mais même après ces confinements, l’engouement des parents à la vaccination n’a pas repris. Beaucoup hésitent à faire vacciner leurs enfants, surtout, avec les rumeurs sur les vaccins anti-covid. Les professionnels de santé recommandent aux parents de ne pas négliger les vaccins, notamment, les vaccins obligatoires effectués pendant les douze premiers mois de l’enfant.

« Le vaccin protège l’enfant contre certaines maladies», enchaînent nos sources. Les hôpitaux se remplissent avec la hausse des cas de bronchiolite et d’infections pulmonaires. à part ces maladies respiratoires, la gastro-entérite commence également à augmenter, notamment avec les débuts de la saison des pluies et de la saison des fruits. « Jusqu’ici, nous arrivons encore à gérer la situation. Nous ne sommes pas encore au stade de deux patients par lit » souligne un médecin.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter