Accueil » Social » INFRASTRUCTURES – Contrôles renforcés des chantiers routiers
Social

INFRASTRUCTURES – Contrôles renforcés des chantiers routiers

Les techniciens du LNTPB devront redoubler de vigilance lors des contrôles  de la qualité des nouvelles infrastructures routières.

Le LNTPB est strict dans les travaux de réfection des routes nationales. Des normes sont requises, pour obtenir des infrastructures pérennes.

Plus strict. Le Laboratoire national des travaux publics et du bâtiment (LNTPB) renforce les contrôles des travaux de construction routière. Il avertit les entreprises de construction que les travaux qui ne suivent pas les normes requises ne seront pas acceptés. « Les entreprises qui réalisent des travaux de mauvaise qualité seront obligées de reprendre les travaux jusqu’à l’obtention de la qualité requise. L’objectif est d’avoir des infrastructures de qualité, qui vont durer », lance Anja Ratsimamitaka, chef de laboratoire auprès du LNTPB, ce weekend.

Le LNTPB examine étape par étape les travaux effectués par les entreprises, aussi bien les travaux sur les chantiers que les matériaux utilisés par l’entreprise. Ses techniciens effectuent, entre autres, des prélèvements pour vérifier ces normes. « Lorsque la couche de fondation est terminée, nous effectuons une réception géotechnique, avant de passer à l’étape suivante », lance comme exemple Anja Ratsimamitaka dans les procédures de contrôle effectuées par cet établissement qui est garant de la qualité géotechnique des travaux du secteur Génie civil et des travaux publics pour le compte de l’état.

Retard

Le LNTPB vérifie, actuellement, les travaux de réfection des routes sur la route nationale 7 (RN7), notamment, le tronçon de route de 20 kilomètres du PK 145 au PK 165 à Andranomanelatra, réalisés par l’entreprise Magic construction. « 55% des travaux sont terminés, actuellement. », indique Thierry Ampizara Vita, directeur technique de cette entreprise. Les travaux accusent un retard. La durée a été prévue pour deux mois et demi, mais cette entreprise ne pourra l’achever qu’au mois de décembre.

« Les travaux sont complexes. Nous avons exécuté des purges. Nous allons devoir travailler sous la pluie. Cependant, nous allons faire de notre mieux pour terminer les travaux au mois de décembre, en suivant les normes requises », souligne Thierry Ampizara Vita.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter