Accueil » A la une » Transport aérien – Nouveau départ pour Air Madagascar
A la une Economie

Transport aérien – Nouveau départ pour Air Madagascar

Les passagers du Boeing 787-200 affrété par Air Madagascar.

Tout s’est déroulé comme prévu. Le premier vol de Madagascar Airlines en provenance de Paris sous les ailes de la compagnie espagnole d’Air Europa a été effectué sans encombre. Mais des doutes planent.

Une première réussie. Ils étaient deux cent quarante passagers, dont le président de la république Andry Rajoelina de retour du Sommet de la COP 26 à Glasgow, à être dans le Boeing 787-200 de la compagnie espagnole Air Europa, affrété par Madagascar Airlines pour ses deux vols hebdomadaires Paris-Anta­nanarivo-Paris. Un vol inaugural de prestige.

Si tout s’est bien passé, il reste des questions qui taraudent bien des esprits. Sur un point, Rinah Rako­tomanga, dans son costume de vice-président du Conseil d’administration d’Air Mada­gascar, a précisé que « Madagascar Airlines née de la fusion d’Air Madagascar et de Tsaradia, va encore utiliser le Certificat de transport aérien, CTA, de l’ancienne compagnie aérienne nationale. Ne vous étonnez pas si les billets sont encore estampillé par le sigle MD ». A-t-elle dissipé tous les doutes ? Rien n’est moins sûr.

Mais cette transition en douce peut faciliter les futures régularisations du cas de Madagascar Airlines auprès des instances internationales de l’aviation civile. Très pointilleuses sur tous les plans. D’autant que le CTA en question d’Air Madagascar est encore provisoire. Limité dans le temps et dans l’espace.

Pas de liquidation

La mise sous redressement judiciaire d’Air Mada­gascar par la procédure collective d’apurement de passif devra être suivie par une cascade de décisions judiciaires. « Il n’est pas question de liquidation. Mais une opération de sauvetage » tenait à souligner Rinah Rako­to­manga, sentant qu’une partie du personnel n’adhère pas au plan proposé.

Le contraire aurait étonné quand ces salariés ont été notifiés que trois cents d’entre eux vont rester sur le tarmac. « Ceux qui doivent partir, car le nombre de l’effectif n’est plus conforme aux standards internationaux, par rapport à celui de la flotte d’Air Madagascar, seront accompagnés dans leurs reconversion » tempère Rinah Rakotomanga. Mais les concernés n’ont pas trop compris que des recrutements vont avoir lieu. « Ici, selon l’un d’eux, dépité par la tournure qu’ont pris les événements, l’expérience doit primer sur les autres considérations ».

En clair, les contours du cadre légal dans lesquels va évoluer Madagascar Airlines n’ont pas été clarifiés d’une manière sans équivoque. En outre, les embryons d’un malaise social au sein des employés de la défunte Air Madagascar commencent à se former. Bien entendu, les éventuels contestataires n’ont pas tellement le choix.

Étant donné les difficultés financières dans lesquelles se trouvent leur entreprise. L’État, actionnaire principal d’Air Madagascar, a tranché sur le vif, après des années de tergiversations.

Dans la même rubrique mais sur un autre volet, Rinah Rakotomanga sera jugée sur pièce sur la rentabilité de la location du Dreamliner. 5580 dollars l’heure de vol, en format ACMI, incluant l’assurance, la maintenance de l’appareil ainsi que la rémunération des membres de l’équipage. Elle affirmait que « c’est le moins coûteux du marché ».

Quoi qu’il en soit, le vin, sinon le vinaigre, a été tiré. Il faudra le boire.

4 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • JEUNES-AFRO CONSCIENTS ® : LE POUVOIR GASY TRAHI MADAGASCAR

    Bonne arrivée en terre Malgache ! Ces voyageurs le méritent : il ont fait un parcour du combattant pour arriver à Madagascar. Inconsciemment ou seament, l’ État gasy est entrain de commettre un crime économique contre soi et son propre peuple. Mi-septembre 2021, le gouvernement malgache avait autorisé la re-ouverture des frontiéres au transport aérien international…mais à une condition : comme compagnie étrangère, seule Air France fut autorisée d’assurer le transport international à destination de la Grande Île. Mais détrompez-vous, il y a de l’argent qui coule à flot dans ceci : en accordant l’exclusivité précitée à Air France, on exclu tout potentiel concurrent en enfluant toute les ressources (achats billet avion)à un seul canal (compagnie aérienne) : ainsi la destination gasy devient la plus chère sur Air France car une unique voie…Par la suite les voyageurs gasy, dépourvus des choix, sont bien ‘’citronés’’ par Air France et saignés à blanc de leur petites finances avant d’atteindre leur terre natale. Voilà la trahison du Pouvoir gasy contre son propre peuple. Un crime est commis, le monopole prive clients&consommateurs de toute autre alternative : par une ouverture des voies aériennes à sense unique un crime économique est commis contre le Madagascar et les peuples malagasy privés de tout autre choix auquel ils ont droit, comme tout le monde sur la planète Terre (…)

    Ethiopian Airlines, pourtant connue comme le fléron Africain du transport continental et international, n’a pas été autorisée d’effectuer le transport international vers le Madagascar : une exclusivité accordée qu’ à Air France, la France, par le Pouvoir ’’colonisé’’ malagasy. Ce simple exemple illustre l’ ‘’esprit du colonisé’’ au sommet de nos états. Un ésprit colonisé n’est ni bon pour les siens ni pour soi-même : il est bon que pour son maître. Voir les souffrances passées de nos parents, celles présentes de nous-memes et celles futures de nos enfants ceci est une situation plus que sérieuse, chérs amis. Marcus Garvey l’a prophetisé, Bob Marley l’a prédiqué : ’’émancipez-vous de l’esclavage mental.’’ Et d’ajouter : ’’…personne d’autre que vous ne peut libérer votre esprit.’’ Dans le context gasy, l’Europe c’est la France…Pourtant l’Europe n’est pas (que) la France ! Antananarivo doit se libérer de la mentalité coloniale, elle est toujours prisonnière de l’identité française pourtant son identité est malgache : elle se renie. Aimer son identité c’est travailler pour l’intérêt de sa nation.

    Air France employant et payant dûment ses impôts la France tire son epingle du jeu, à Mada les profits tirés de cette monopolie ne bénéficient que quelques hauts-placés gasy : le Madagascar et son peuple sont encore les perdants. Oui on dit ne cherche pas trés loin, ton ennemi est souvent si proche de toi que tu ne peux le soupçonner. Nous nous trouvons à la croisée des chemins, pour la première fois osons poser cette question aux gouvernants malagasy : travaillez-vous ‘’pour’’ ou ‘’contre’’ l’intérêt du peuple ou vous êtes les ennemis de votre propre peuple ? En tout état de cause, ceci ne peut plus perdurer (…)

    • Une diatribe qui ramène toujours au complexe inné vis à vis de l’ancienne puissance coloniale .A notre connaissance Ethiopian Airlines s’est bien gavée aussi sur la destination Madagascar à un moment . Justement pourquoi citer uniquement cette compagnie alors d’autres sont aussi plus ou moins lésées pour l’instant par cette reprise du trafic après cette longue fermeture des frontières . Les autorités politiques Malgaches ne sont pas exempts de reproches concernant sa stratégie de relance du trafic aérien mais il est malsain d’avoir autant de préjugés .et de procès d’intention . Faites attention parce que Madagascar n’est pas encore la côte d’Ivoire de Gbabgo à un moment avec les jeunes patriotes et leurs haines viscérales de La France .. On n’a pas de parti pris à défendre Air France mais on a l’impression que vous vous trompez de génération ! Gardez pour vous vos frustrations pour les petits intérêts de votre compagnie aérienne fétiche ! Et surtout il ne faut pas être vexé de la remarque pertinente que «l’Afrique est mal partie » !

      • @ Rabeharivelo

        ‘’Rabeharivelo’’, porter un nom gasy (sur écran) ne veut pas dire être malgache… Va faire tes plaidories de rossignole ailleurs. Qui se sent morveux se mouche, comme le dit ta langue de Malheur or Molere,,,(sais pas). Faisons face au fait :

        1.‘’complex inné de l’ancienne puissance’’ Le peuple gasy serait d’une complex innée vers le français, tu le crois ?..Rammasses tes débris d’écrit, ‘’mosieur’’ : en quoi serait-on complexé de ta France? Que serait-elle aujourd’hui sans son aventure Africaine et le Madagascar en particulier?…Madagascar été une civilisation bien avant que ta France n’existe (informes-toi). T’es enivré de la poésie française, mosieur ; supporte ton ivresse bonnement, ne t’égare pas dans des propos débiles.

        Et non, j’me trompe pas de génération, TU te trompes de génération : notre génération ne veut plus promouvoir la langue ni culture Française mais la culture Malgache et Africaine en génération). On ne veut pas que notre génération connaisse l’endormissement et pas le sort de nos parents, ta Macronie n’est pas la porte du bonheur : la conscience des jeunes malgaches et l’attachement à notre culture et notre patrie sont la voie de notre bonheur.

        2.‘’ Haine viscerale de la France’’ Haine ? Ok parlons-en : en quoi Madagascar et son peuple porteraient d’amour à la France ? Nos aieux ont perdu la vie aux mains de ta France,,,ceux de nos parents qui se sont levé pour défendre la patrie ont été massacrés,,,La Révolte Malagasy, trahie sans aide, a été decimée par ta France aidée par d’autres puissances,,,Ta France chérie occupe jusqu’ à nos jours le territoire malgache (les Îles Eparses sont et serons malgaches, l’avenir nous dira…)…Enfin et surtout, ta France bien-aimée a eliminé bon nombre des dirigeants Africains et malgaches en particulier,,, ta même France par ses infiltrés a récement attenté à la vie du président malagasy (avec toutes les concequences néfastes que cet acte aurait engendrer au Madagascar),,,Alors, mosieur le petit frasse ou valet français dit ‘’ Rabeharivelo’’ en quoi les malgaches auraient-ils un amour pour ta France ?!? Tu ferais mieux de ramasser tes débris d’écrits en te retirant calmement par la petite porte d’où t’es venu…

  • Ah! l’aviation ou l’aéro! Plus d’un connaît très peu le domaine. C’est du « chinois ». A commencer par la vice présidente de MD. Qu’est-ce qu’elle en sait?
    Parler de CTA…oh lalalala. On raconte des balivernes, et on fait avaler du couleuvre au Grand Calife…qui …Quoi quoi quoi? le CTA d’AIR MADAGASCAR, provisoire???? Et le pouvoir financier???? Mais que fait l’ACM? Somme logique, le CTA doit être suspendu voire retiré et pourtant….provisoire (provisoire et intérimaire, ce sont nos points forts). Entre le tout et le rien, faisons ainsi pour éviter la honte, internationalement parlant. Tu n’as pas de sous ou t’es truffé de dettes, c’est l’économie cela les gars. Une direction de l’ACM s’en charge et audite périodiquement les compagnies pour essayer de deceler les failles et là….là, bonjour les dégâts. AIR MAD changé en MADAGASCAR AIRLINES, mais on est en train d’embrouiller les cartes ». AIR MAD et TSARADIA deux compagnies aériennes, si, différentes, DOIVENT AVOIR LEUR PROPRE CTA ET LICENCE D’EXPLOITATION. Mais non! IL Y A MAGOUILLE MESDAMES ET MESSIEURS DU PAC.
    Si je parle ainsi c’est que j’ai de la peine pour nous les Malagasy.
    A bon entendeur salut!