A la une Politique

Projet Tanà-Masoandro – Les concernés commencent à être convaincus

Depuis la mise en place d’un bureau de liaison dédié au projet Tanà-Masoandro, les concernés se rassurent et s’informent sur leurs cas.

Une nette amélioration de la situation sur la contestation de la construction d’une nouvelle ville sur la plaine d’Ambohitri­manjaka et les communes environnantes est observée depuis quelques temps. Depuis la mise en place du bureau de liaison au village Voara à Andohatapenaka, la tensions baisse. Les familles concernées commencent à sortir de leur camp pour s’informer sur l’étude de leur cas. « Si ce bureau avait été installé au moment où le gouvernement avait l’intention de concrétiser son projet, aucun conflit ne se serait produit », explique une mère de famille qui vient de s’adresser à Andoha­tapenaka.

Selon les visiteurs au bureau de liaison à Andoha­tapenaka, « les contestataires qui haussent le ton à chaque mouvement » ne sont pas tous des propriétaires de terrains sur les sites. « Ils ne font pas partie des familles issues des communes touchées par le projet », confient la plupart des visiteurs sollicités de s’exprimer sur ce sujet. Ce sont entre autres des colocataires ou des mains d’œuvre qui travaillent périodiquement sur les terres. Les profiteurs ont défiguré la situation. Après quoi, les concernés se sont également tracassés.

Transparence

La mission de bureau de liaison consiste à accueillir les propriétaires dont leurs terrains pourraient être concernés dans les zones à exproprier. Aucun traitement des dossiers n’a été fait pour l’instant. « La procédure d’indemnisation s’opère après l’expiration du délai réparti pour l’entretien de la communication », explique Philippe Rateloson, directeur générale de l’Autorité pour la protection contre l’inondation des plaines d’Antananarivo (APIPA). Sur ce point, les concernés sollicitent la transparence sur la suite de la démarche, notamment sur le paiement de l’indemnisation. Les familles bénéficiaires se veulent que la confiance acquise dans leur prise en charge ne soit pas immiscée par des intermédiaires. « Toute la procédure sera facilitée au sein du guichet unique. Les familles n’auront rien à craindre, notamment quand certains dossiers auraient entachés de difficulté. C’est à nous de résoudre le problème », rassure le directeur général de l’APIPA, Philippe Rateloson.
Sept-cents trente-sept familles seraient touchées par les expropriations et les déplacements dans le cadre de la concrétisation du projet ville Tanà-Masoandro. Une commission administrative d’évaluation tranchera le montant d’indemnisation. D’ici la semaine prochaine, le coût du mètre carré de terrain sera connu, a-t-on appris. Une somme de 20 millions de dollars sera effectuée aux indemnisations des expropriés.