A la une Magazine

Nouveauté – « Danse digitale », un lien entre arts vivants et arts visuels

La rencontre entre l’illustration, le multimédia, et la danse donne une nouvelle formule spectaculaire. Moustik Crew et ses collaborateurs ont présenté un projet de ce genre, baptisé « Danse digitale ». Le public de l’AFT Andavamamba a été conquis lors de sa présentation inaugurale, le jeudi 31 octobre.

La créativité repousse les limites d’une certaine discipline. Trois domaines différents se conjuguent pour former un spectacle hors du commun. Moustik Crew, une compagnie de danseurs urbains, Thomas Auvin, un illustrateur, et Toky et Khafez, deux vidéastes ont tenté de combiner leurs disciplines respectives pour créer « Danse digitale ».
Il leur a fallu trois mois de résidence artistique pour aboutir à un résultat qui a sidéré toute l’assistance de l’Alliance française d’Andavamamba (AFT), lors de la présentation de ce spectacle le soir du jeudi 31 octobre. « Danse digitale » donne une autre dimension plus attrayante à la danse en général, et la danse urbaine en particulier.

Comme dans un film d’animation, les dix danseurs ont exécuté des figures acrobatiques dans un décor surréaliste. Les silhouettes ont évolué avec des effets visuels et sonores captivants. Le public a été totalement scotché pendant les quarante-cinq minutes de représentation.

Performance et expérience extraordinaires

Sandro, Mijo, Nazir, Bibzaz, Mampy, Alvin, Johnson, Lukah, Laurianne, et Jessica, les dix danseurs ont tiré une merveilleuse expérience de cette rencontre avec le monde de l’art visuel. « Le fait d’avoir des effets spéciaux nous pousse à donner une certaine performance pour arriver à un résultat bluffant », constatent-ils.

Sous la direction artistique d’Angeluc Rehave et avec les chorégraphies signées Jean Sandro Manambina, des noms bien connus de l’univers de la danse urbaine, la représentation a créé la satisfaction, aussi bien côté scène que de la part du public. « Nous remercions vivement Thomas Auvin, le coordinateur de ce projet », ont-ils formulé.

« Ce projet était enrichissant, surtout du point de vue artistique. Il conjugue trois domaines différents. Il y a la performance des danseurs associée à une image numérique et des animations. Cela donne une autre dimension par rapport à ce que l’on a l’habitude de voir dans les spectacles de danse. Les images projetées constituent un élément qui contribue à la beauté de la représentation. Ce projet fera le tour des Alliances françaises de Madagascar. Et avec un peu de chance, on le reproduira à l’extérieur », explique Sabrina Linda Faliarivo, une responsable de Moustik.

Réactions

« Captivant. C’est ma perception de ce spectacle. La danse, l’illustration, et le vidéo associés donnent un spectacle hors du commun et très divertissant », a constaté Stéphane, à l’issue de la représentation.

« Pendant tout le spectacle, le public a été absorbé par tout ce qui se passe sur scène. Et à la fin, les gens se sont précipités sur le podium pour ressentir les effets utilisés. Ils se sont bien amusés », s’est réjoui Stéphanie Andriambololona, un responsable de l’AFT.