Régions

Boeny – Un plan intégré pour gérer les zones côtières

« Boeny fait partie des treize régions côtières dont la spécificité est la richesse en écosystème de leurs ressources. 65% de la population se trouvent sur ces zones côtières. Ses activités de la population y sont concentrées mais l’on constate une certaine fragilité de ces ressources, aujourd’hui. C’est pourquoi il est utile de mettre en place le Plan intégré de développement durable. Le but est l’Émergence des zones côtières », a expliqué le président national du Comité national de la gestion des zones intégrées côtières (ZIC), le général de brigade Mamy Razakanaivo.

C’est dans cette optique que l’atelier de lancement officiel du Plan d’action régional de la gestion intégrée des zones côtières (PAR GIZC) du Boeny s’est tenu mardi matin au bloc administratif à Ampisikina.

Le PARGIZC est un document officiel référentiel pour le développement durable des zones côtières du Boeny tout en tenant compte les enjeux du changement climatique, de l’économie bleue et de l’amélioration de l’aspect environnemental de la région, ainsi que l’économie sociale des communautés littorales.

Il a été élaboré dans une approche participative, lors d’un atelier de consultation de tous les acteurs de la région. Une coordination sur la mise en œuvre effective des actions du plan intégré pour le développement durable de la région a été mise en place.

Boeny est vulnérable aux changements climatiques qui aggravent les effets néfastes des cyclones, entre autres, l’érosion côtière, l’inondation, la destruction des écosystèmes, etc. Non seulement, ces problèmes affectent l’environnement mais ils provoquent aussi des conséquences sur le plan socio-économique pour la population telle que la diminution des ressources naturelles laquelle entraine la diminution de ses revenus.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter