Social

Anosibe – Andry Rajoelina allège les charges parentales

Le chef d’État s’est engagé à rembourser les cotisations des parents d’élèves à Anosibe et à Ampefiloha Ambodirano.

Des enfants en âge d’aller à l’école sont déscolarisés. Leurs parents ne disposent pas de moyen pour les inscrire, même dans un établissement scolaire public, où l’insuffisance d’enseignants oblige les parents d’élèves à employer des enseignants non fonctionnaires (maître Fram). « Des parents sont dans une situation précaire. Certains ont trois ou quatre enfants qui vagabondent, car ils n’ont pas pu payer leur frais de scolarité», témoigne un membre de l’association des parents d’élèves à l’École primaire publique (EPP) à Anosibe, hier. Dans cet établissement scolaire, les parents doivent s’acquitter de 28 000 ariary, pour pouvoir scolariser leurs enfants. Une somme qui n’est pas à la portée de tous, surtout qu’ils doivent encore acheter des fournitures scolaires pour leurs enfants.
Sensible à une telle situation, le chef d’État Andry Rajoelina qui s’est déplacé sur place pour distribuer des kits scolaires, composés de dictionnaire bilingue et de tablette numérique, a tout de suite réagi.

Gratuité

«Ceux qui n’ont pas encore payé leur frais de scolarité, venez car je vais les payer. Et je vais rembourser ceux qui l’ont déjà versé», a-t-il annoncé. Le chef d’Etat s’est déjà engagé à rembourser les cotisations des parents d’élève de l’EPP Ampefiloha Ambodirano, avant-hier. Il a, donc, fait une exception pour ces deux EPP et le Collège d’enseignement général (CEG) à Anosibe, dans lesquels il s’est rendu ces deux jours pour distribuer ces kits scolaires.

L’assistance, composée entres autres d’élèves et de parents d’élèves, a acclamé cette déclaration du Président de la République. Car cette gratuité de l’enseignement dans les écoles publiques est une aubaine pour eux. La ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, Marie Thérèse Volahaingo a martelé la gratuité des droits d’inscription. Toutefois, dans les écoles où des enseignants non fonctionnaires assurent toujours l’enseignement, face à l’insuffisance de fonctionnaires, les parents doivent cotiser pour payer leur salaire. Malheureusement, la plupart des écoles publiques ont des maîtres Fram parmi leur personnel. À Anosibe, pour alléger encore la charge parentale, Andry Rajoelina a promis le recrutement de dix enseignants non fonctionnaires.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • MR LE PRESIDENT,faire des actions ponctuelles ne reglent pas les problemes des familles par rapport a l’education de leurs enfants .

    Veuillez charger votre ministre de l’education nationale de mettre en place une education gratuite jusqu’au bac,mieux renumerer les enseignants,ouvrir des classes pour ne pas qu’une classe depasse 35 éleves par classe,investir dans les fournitures livres (autres fournitures cahiers et stylos gommes restant a charge des familles);

    et les resultats ne se feront pas attendre

    ce n’est que volonté politique

    • ça c’est vrai une vraie politique de l’education publique de la maternelle jusqu’au bac permettrait un grand bond en avant pour madagascar , regardez maurice qui a misé sur sa population ……….
      donc on attend la ssuite MR le president