Océan indien

La Réunion – Une épidémie de gastro-entérite sévit

Multiplication des consultations pour les mêmes symptômes dans les centres médicaux. L’ARS-OI affirme qu’il s’agit d’une épidémie de gastro-entérite. 

Ces dernières semaines, les cabinets médicaux ne désemplissent pas. Beaucoup de Réunionnais consultent leurs médecins pour les mêmes raisons : fortes fièvres, vomissements, maux de tête, courbatures ou encore diarrhées. Selon différents témoignages, ces symptômes seraient assez violents et dureraient de nombreux jours voire semaines.

Pour nos confrères d’une radio locale, il s’agirait d’un « virus mystérieux ». Afin de percer ce « mystère », nous avons contacté l’Agence Régionale de Santé (ARS) de l’Océan Indien. Verdict: La Réunion est en fait victime d’une épidémie de gastro-entérite d’origine virale.

Le responsable de tous ces maux est le « rotavirus ». « C’est cyclique », rappelle le docteur François Chieze, directeur de la veille et sécurité sanitaire de l’ARS OI. Il précise toutefois que les consultations sont en baisse depuis deux semaines.

Le rotavirus ramène des formes de gastro-entérite dont les symptômes varient chaque année. Les épidémies circulent généralement avant les changements de saison.

Vigilente

La particularité de celle-ci est qu’elle serait particulièrement douloureuse. Mais il ne s’agit pourtant pas de la forme la plus virulente qu’a connu La Réunion. Selon le Docteur Chiez, en 2012, le nombre de passages en consultation pour cause de gastro-entérite était plus important.

Rien d’anormal donc, ou de mystérieux, même s’il convient de rester vigilant notamment avec les personnes fragiles et les enfants.

Parallèlement à cette épidémie de gastro, la grippe saisonnière continue de sévir. Et là, le docteur Chieze se montre plus inquiet : « la circulation du virus est importante ». Avec une augmentation de 10% des passages en consultation, la grippe a touché plus de cinquante cinq mille sept cent Réu­nionnais depuis mi-août et a fait deux morts selon les derniers chiffres de l’ARS-OI. Pour enrayer le phénomène, la campagne de vaccination a même été prolongée.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter