A la une Politique

Investissements – Le Medef sollicité pour l’émergence

Le gouvernement malgache a mis les petits plats dans les grands pour accueillir les patrons du Medef. Ils sont invités à participer à l’émergence du pays.

Signaux positifs. Neuf mois après l’accession au pouvoir du nouveau régime, les projets ambitieux du président de la République mettent du temps à se mettre sur les rails. L’Exécutif entend miser sur la visite des représentants des patrons du Medef pour faire bonne figure. C’est ainsi qu’Andry Rajoelina a reçu, hier, la délégation d’une trentaine de membre menée par le président Afrique du Medef international, Momar Nguer. Le chef de l’État a défendu les efforts fournis par le gouvernement pour sécuriser les investissements qui se traduisent entre autres par l’intensification de la lutte contre la corruption, la simplification des procédures et surtout la mise en place de cadre juridique stable.

Momar Nguer a indiqué que la délégation n’est pas insensible aux signaux positifs actuels sur le front de l’amélioration du climat des affaires à Madagascar.

« Quand nous investissons dans un pays, nous visons le long terme. Quand vous visez le long terme vous regardez la sécurité juridique dans l’environnement dans lequel vous investissez. Ce que le président nous avait dit en matière de stabilité juridique, nous le voyons en œuvre. Ce que le président nous avait dit en matière de lutte contre la corruption, les entreprises qui sont présentes à Madagascar nous disent que l’action du gouvernement est en marche », a lancé le chef de la délégation.

Projets réels

Le nerf de la guerre dans l’émergence prônée par le gouvernement étant le financement, Andry Rajoelina a souligné aux patrons du Medef que le pays est ouvert aux investissements directs étrangers. Il a ainsi tenu à apporter des garanties sur la volonté d’assainir le climat des affaires à Mada­gascar.

« Toutes ces choses rassurent les entreprises comme les nôtres », a conclut Momar Nguer.
Le parcours de la délégation s’est poursuivi au ministère des Affaires étrangères pour une réunion avec le premier ministre Christian Ntsay et quelques membres du gouvernement. À cette occasion, les ministres présents ont présenté les opportunités de partenariat à mettre en place dans les domaines de l’énergie, les infrastructures, l’e-gouvernance, l’industrialisation et la création de nouvelles villes entre au­tres. Dans ce sens, Momar Nguer a indiqué qu’il est question de projets réels qui seront suivis régulièrement par rapport aux engagements pris par les entreprises présentes dans la délégation. Pour sa part, l’ambassadeur de France, Christophe Bouchard, a souligné le renforcement des perspectives de coopération économique avec le gouvernement.