Accueil » A la une » Reprise du transport aérien – Vers une ouverture progressive
A la une Economie

Reprise du transport aérien – Vers une ouverture progressive

Réunion  entre  les  cinq  ministères  concernés  par  les  préparatifs  à  l’ouverture  du  ciel au  MAE  Anosy.

Bien que les opérateurs touristiques et divers prestataires en voyage se disent prêts à accueillir de nouveau des touristes étrangers au mois d’octobre, des préparatifs ardus sont nécessaires.

Le ministère des Affaires étrangères (MAE) a initié une première réunion avec quatre autres ministères lundi. Une réunion en présentiel et virtuelle qui a étudié la stratégie à adopter pour accueillir la réouverture des frontières au mois d’octobre comme proposée par le président de la Répu­blique, Andry Rajoelina, lors de l’événement REF (Rencontre des entrepreneurs francophones) à Paris à la fin du mois d’août dernier.

Rien de précis n’a pu filtrer de cette réunion préliminaire du secteur public sauf que des sources parlent d’une possible « ouverture progressive » des frontières et non totale, dans un premier temps. Des critères d’éli­gibilité des pays non risqués au Covid-19 sont d’abord à mettre en place au niveau mondial et régional.

Ces critères restent encore inconnus mais d’eux dépendent les mesures à prendre face à une éventuelle ouverture des frontières. « D’autres réunions se tiendront encore et d’une manière fréquente et la prochaine s’ouvrira au secteur privé et aux autres parties prenantes. D’autres informations seront mieux fournies à l’issue de cette deuxième réunion », indique juste le ministère du Tourisme. La réunion de lundi a vu la participation du ministère de la Santé, le ministère des Transports, celui de l’Indus­trie, du commerce et de la consommation, le ministère du Tourisme et le département des affaires étrangères.

Pistes

De son côté, le secteur privé à travers la Confé­dération du tourisme de Madagascar (CTM) a également tenu une réunion la semaine dernière au Novotel Ivandry, en présence des représentants du secteur public. « Ceci entre dans le cadre de la poursuite des réflexions et des actions pour la relance du Tourisme. La CTM et l’Office national du Tourisme de Madagascar avec l’appui de l’USAID/ HAYTAO ont organisé un atelier de consultation pour l’élaboration de la stratégie de relance du secteur », fait savoir la CTM.

Le dialogue public-privé, indiqué comme inclusif et représentatif a vu la participation de quatre-vingt-cinq représentants des opérateurs, des associations, des groupements et des offices régionaux du Tourisme (ORT) dans tout le pays. Des pistes d’action ont pu être identifiées comme le repositionnement de la destination Madagascar sur la carte mondiale du Tourisme, dans le contexte pandémique et en anticipation de l’évolution de la demande.

« Une stratégie de sortie de crise et surtout de survie du secteur de même qu’une stratégie de relance a l’instar de ce que la plupart des pays ont déjà réalisé à travers le monde, ont été au menu », ajoute encore la CTM. La stratégie de relance devrait être en diapason avec les réalités économiques et sociales du pays. D’après des précisions, le plan de relance du Tourisme est en pleine élaboration.

Ce qui permet d’avancer au moins d’un pas dans ces préparatifs à l’ouverture des frontières.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La grande île africaine de Madagascar affiche des pertes en capital considérables à la suite d’un verrouillage de près de deux ans. Le pays devrait adopter la stratégie du Rwanda voisin à travers une entrée réglementée : test Covid à l’arrivée, les touristes ou passagers sans symptômes sont autorisés à entrer tandis que les Covid-positifs se voient refuser l’accès au territoire national jusqu’à preuve de l’absence de symptômes. Une stratégie assez efficace qui permet à l’économie locale de générer du cash dans un marché mondial en difficulté.

    Eh bien, les pays africains ont encore beaucoup à apprendre en matière de gestion de crise. Un pays ne peut pas survivre plus longtemps sous confinement sans subir des dommages économiques, l’étouffement. Comme mentionné, « l’entrée réglementée » est une stratégie appropriée pour Madagascar en ce moment.