Accueil » Régions » Fiofio – Bagarre générale entre des jeunes
Régions

Fiofio – Bagarre générale entre des jeunes

Un match de football a viré à une bagarre générale dimanche après-midi dans le fokontany de Fiofio. L’équipe de ce quartier a battu par un but à zéro celle de Tsararano, et a remporté le prix, un mouton. N’ayant pas supporté la défaite, les joueurs de l’équipe de Tsararano ont alors commencé à attaquer leurs adversaires en jetant des pierres. Ils les ont poursuivi dans tous les coins du fokontany.

L’échauffourée a vite dégénéré et les deux camps se sont livrés à une bataille rangée dangereuse car des jeunes ont utilisé des bâtons pour frapper, d’autres ont tapé avec des objets pointus. Cela a duré un quart d’heure. Des personnes ont appelé les forces de l’ordre par téléphone, mais en vain. Finalement, les agresseurs issus du fokontany de Tsararano ont pris la poudre d’escampette après avoir entendu que les forces de l’ordre étaient déjà tout près.

Ce n’est pas la première fois que de telles bagarres se produisent dans les quartiers de Mahajanga. Surtout le week-end. Les habitants et les jeunes du fokontany de Mahabibo-kely, de Tsaramandroso et de Mahavoky-atsimo en sont souvent les victimes. « De jeunes mineurs jettent des pierres sur notre toit, ils débarquent en groupe et agressent ceux qu’ils rencontrent sur leur passage. Les forces de l’ordre tardent toujours à venir », déplore un père de famille.

La délinquance est en recrudescence ces derniers temps à Mahajanga, depuis l’application de l’état d’urgence sanitaire et la fermeture des écoles. L’éducation des jeunes est pénible, les parents n’arrivent plus à contrôler leurs enfants. Pour preuve, le décès de l’adolescent de 14 ans, mort noyé au village touristique alors qu’il aurait dû être chez lui, à 14 heures.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi