Accueil » A la une » Consommation – Quid du risque de pénurie de riz?
A la une Economie

Consommation – Quid du risque de pénurie de riz?

Les  riziculteurs  espèrent  un  réel  appui  de  l’État  dans  l’approvisionnement des  intrants,  pour  plus  de  rendement.

L’approvisionnement en riz risquerait d’être perturbé vers la fin de l’année et pour la prochaine période de soudure. La pandémie en est l’une des raisons.

Un gap prévisionnel de 200 000t de riz blanc. C’est ce qui est relaté, dans l’axe 3 du Plan multisectoriel d’urgence (PMDU) annoncé par le gouvernement, au mois de juin. Un plan établi sur la base de l’analyse des besoins urgents et prioritaires sur une durée de cinq mois et dont l’objectif est de juguler la pandémie, tout en soutenant les secteurs sociaux et productifs. Ayant des besoins à combler par l’importation de riz, le pays reste vulnérable au dérèglement de la logistique et de la distribution à l’échelle internationale.

« Il y a ainsi un risque réel de déficit en riz vers la fin de l’année 2020 coïncidant à la prochaine période de soudure si aucune mesure urgente et priori­taire n’est mise en œuvre» souligne le plan. Pour y faire face, l’État entend intervenir pour assurer les 25% de la production nationale par la campagne précoce ayant commencé en juillet et celle de la grande campagne débutant au mois d’octobre prochain. L’État subventionnera à hauteur de 85% l’utilisation des semences et couvrira à 50% les prix des engrais minéraux.

Attente

Seulement, les activités s’y afférant, font moins d’écho. « Tout ce qui est énuméré comme activités prioritaires concernant l’agriculture dans ce plan sera exécuté. Des fonds sont encore en attente de déblocage au sein de la primature pour réaliser certaines actions qui vont profiter du début prochain de la culture pluviale. » a juste fait savoir la direction générale de l’Agriculture au sein du ministère de l’Agriculture.

Toujours est-il que la production rizicole a significativement baissé dans les régions agroécologiques rizicoles comme Ihorombe et PC15 d’Alaotra. L’estimation de l’engagement du ministère de l’Agriculture dans l’achat de la production émanant de certaines régions, dans cette urgence sanitaire, reste encore indisponible, de même que sa future capacité d’achat. Le stock stratégique en riz, prévu sous la houlette du SPM et du ministère en charge du Commerce, pourrait être également perturbé dans son élan à cause de la Covid-19.

La plateforme de Concerta­tion pour le pilotage de la filière Riz (PCP-Riz) plus explicite, détaille que des actions sont en cours. « La culture de contre-saison a reçu des appuis et les acteurs sont en pleine préparation de la grande campagne rizicole. Par ailleurs, l’intensification rizicole à travers les exploitations des agriculteurs familiaux et les associations et groupements de producteurs « agrégation rizicole », parallèlement à l’extensification et à l’assainissement du circuit de distribution et d’assainissement seront soulignées» explique Ny Hasinambinin­tsoa Masezamana, secrétaire exécutif de la PCP-Riz. 417 000t de riz ont été encore importées l’année dernière, car la production nationale de quelques 2 390 000t reste insuffisante. Ce gap prévisionnel de 200 000t sera-t-il comblé pour écarter tout risque d’insuffisance en riz?

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi