Politique

Révision de la liste électorale : La CENI botte en touche

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) se dit être prête à adopter un projet de calendrier pour les nouvelles élections. Il suffit d’attendre l’initiative du gouvernement pour la consulter selon l’article 51 de la loi organique 2018-008 relative au régime général des élections et des référendums. Le gouvernement n’est pas tenu à respecter la date proposée. Il peut prendre une marge, selon sa disponibilité.

Malgré la divergence de points de vue sur les communales, la révision de la liste électorale après l’arrêtage définitif du 15 mai semble impossible, avance la CENI. La loi en vigueur ne permet pas à cette institution en charge de l’organisation des élections d’apporter des rajouts ou de faire un retranchement sur ceux qui y sont déjà inscrits. Si le gouvernement entend procéder aux communales cette année, la liste utilisée pendant les dernières élections est toujours disponible. S’agissant du nettoyage exigée par des acteurs politiques, « la CENI a pris l’initiative d’orienter les électeurs à revérifier leurs noms sur la liste électorale auprès des Fokontany », explique Fano Rakotondrazaka, Rapporteur général.

Par ailleurs, tenir les communales avec la liste électorale utilisée à la présidentielle et aux législatives a entraîné les doléances des acteurs politiques. Il faut au moins apporter une révision pour les prochaines élections. C’est ce que certains camps politiques ont revendiqué au lendemain des législatives. Le parti Tiako i Madagasikara (TIM) ainsi que le Mouvement des citoyens contre les fraudes et irrégularités électorales (MCFIE) en faisaient partie. À en juger la position de la CENI, la question sur la liste électorale demeure un sujet épineux à affronter.

Pour sa part, l’Exécutif a manifesté son initiative de se conformer au principe démocratique, notamment sur l’alternance de pouvoir par la voie des élections au sein des collectivités territoriales décentralisées. Mais qu’en est-il sur le support fondamental ? Le président lui-même se demande si la CENI a déjà fait le nettoyage et si la liste est fiable pour tenir des élections cette année.

En fin de compte, les acteurs politiques se sont rassurés sur le fait que l’idée sur la nomination de PDS a été écartée. Sûrement, les communales auront lieu mais jusqu’à présent, l’initiative du gouvernement de consulter la CENI sur la proposition d’un nouveau calendrier est attendue.