Actualités Culture

Antsahamanitra – « Rap gasy top 50 and classics » valorise les classiques

Sans aucun doute, l’événement phare consacré à la musique urbaine et le rap en général pour cette année. « Rap gasy top 50 and classics » a amplement tenu ses promesses.

Enjoué et orné de nostalgie, l’étendard du rap malgache a égayé la scène d’Antsahamanitra samedi dernier, avec « Rap gasy top 50 and classics ». Tous les amateurs et passionnés de culture hip hop et de ce genre musical en particulier s’y sont retrouvés, pour ce qui sera un rendez-vous inédit en l’honneur de la musique rap dans toute sa splendeur.
D’un côté, un public impatient de festoyer et de profiter à fond de ce grand retour du rap à l’ancien jardin de verdure après onze longues années. De l’autre, la grande, solidaire et fraternelle famille du hip hop malgache toute aussi heureuse de ces retrouvailles. « Notre musique, c’est de la bombe! », c’est à travers ce leitmotiv resplendissant d’énergie que le label M3Free a fédéré les inconditionnels du rap à Antsaha­manitra, pour ce concert qui restera gravé dans l’histoire et la mémoire collective, comme étant celui qui a redoré l’image du rap malgache.
Deux générations de rappeurs se sont partagé Antsahamanitra pour l’occasion, reflétant une unité et un respect mutuel intarissables. À savoir, les aînés à l’instar des fameux Da Hopp, TST Baz, Takodah et Ngah B, ainsi que Diosezy d’une part et les jeunes groupes comme Elita, Codex, Jiolambups et AMK d’autre part.

Respectueux et nostalgique
En tout, cinquante titres à travers cinquante groupes ont défilé sur une prestigieuse scène pour le rap.
« C’est un défi qu’on a relevé de pouvoir accorder une grande scène au hip hop, en plus de ravir un public qui n’attendait que cette occasion. En outre, en tant que rappeurs et acteurs du hip hop, c’est aussi un souhait qu’on tenait absolument à réaliser, aussi bien pour nous-mêmes que pour ce public qui a évolué et mûri au fil des ans», affirme Tongue Nat du label M3Free.
Une ode à la culture hip hop, la projection exclusive du film documentaire
« Firenena hip hop » réalisé par Tahiry Ratsimba plus connu comme étant X-tah a ouvert le bal, illustrant avec brio le rôle du hip hop en tant que vecteur de message éducatif. Ceci dit, « Rap gasy top 50 and classics » comme l’indique son intitulé, a ainsi tenu à honorer les meilleurs morceaux hip hop de ces deux dernières années, tout en rendant hommage aux bons vieux classiques du genre. D’ailleurs, ce sont ces retrouvailles avec lesdits aînés du « rap gasy » qui ont le plus enchanté le public.
Même si les jeunes groupes qui se sont succédé sur la scène ont leur public, à chaque prestation des aînés du rap malgache, l’euphorie a gagné le tout Antsaha­manitra.
Le rappeur Buddha El Taga, ému sur scène, a affirmé « Je m’incline devant vous, devant ce respect et cet amour dont vous faites preuve pour notre art ». Jusqu’au coucher du soleil, la scène a été constamment le théâtre d’une succession de talents, démontrant le fait que le rap en général occupe une place d’honneur sur la scène musicale nationale.

Les classiques du « rap gasy » primé

On dit d’eux qu’ils sont les patriarches de la scène hip hop nationale. Les aînés du « rap gasy » ont été primé par un prix d’honneur dans le cadre de ce « Rap gasy top 50 and classics ». À savoir, Dadlah Ben’j du groupe Da Hopp, Buddah El Taga, le groupe TST Baz formé, entre autres, de X-Tah et Tongue Nat, le mythique groupe Da Hopp évidemment, Psykopasy, le duo Takodah et Ngah B, le collectif Diosezy et le rappeur X-Tah. La promotion du hip hop est un devoir à accomplir pour eux, et ensemble, ces acteurs du « rap gasy » continueront à la valoriser, tout en passant le flambeau à la nouvelle génération.

Andry Patrick Rakotondrazaka