Accueil » A la une » Transport aérien – Réponse à une demande pour quitter Tanà
A la une Economie

Transport aérien – Réponse à une demande pour quitter Tanà

Zouzar  Bouka,  chairman  de  Vima  est  l’initiateur de  ce  vol.

Un vol commercial décollera le 25 juillet pour Paris. C’est la société Vima qui afrête l’avion.

À tout prix. Les européens qui souhaitent rentrer au bercail, en ce temps où il n’y a aucun vol commercial, au départ de Madagascar, ont une option pour quitter Antananarivo. Une compagnie espagnole propose des places sur un vol Tanà-Paris. Un appareil de la compagnie Wamos-air, avec quatre cent quarante places, est prévu atterrir à l’aérodrome de l’aéroport international d’Ivato, le 25 juillet, pour embarquer ceux qui sont intéressés par ce vol.

Le tarif du voyage est de 5 650 000 Ar. « Notre avion vient à vide d’Espagne. Nous proposons une solution par rapport à une demande très forte pour quitter Antananarivo. Nous savons, par exemple, que les vols de la compagnie qui assurera le rapatriement, en ce mois de Juillet, sont déjà pleins avec une énorme liste d’attente. Donc, nous proposons une solution sûre pour des familles, plutôt que d’avoir à attendre une éventuelle place », lance Zouzar Bouka, le Chairman de Vision Madagascar et de World Trade Center Antananarivo, la compagnie qui affrète l’avion, pour expliquer le coût de ce voyage.

Services classiques

Presque la moitié des sièges seraient déjà réservés. « Nous avons commencé la commercialisation, la semaine dernière, et nous avons déjà vendu deux cent places », rajoute ce responsable. À part les Français et les Européens, cette compagnie propose ce voyage à tous les autres voyageurs à Madagascar, détenteurs d’un titre ou d’un visa de séjour sur l’Europe et aux voyageurs qui seront en transit à Paris, le même jour.

Ce vol Wamos Air s’opère comme un vol commercial, avec les services classiques à bord, comme le in-flight entertainment et les repas. « Nous essayons aussi de répondre aux requêtes particulières du client quand cela est possible: enfant non accompagné, service pour bébé, espace pour personnes âgées ou à mobilité réduite », précise Zouzar Bouka.

La date du 25 juillet resterait, toutefois, incertaine. « Nous devons nous assurer de remplir les sièges dans leur totalité pour qu’il puisse être opéré. Le cas échéant, nous motivons une nouvelle date pour permettre d’atteindre l’objectif. Aussi, nous avons choisi la date du 25 Juillet qui est un peu lointaine pour être sûr de le remplir. Nous pourrions même avancer la date si le vol est complet avant la date prévue et ce, bien sûr, avec l’accord de tous les passagers », conclut Zouzar Bouka.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • 1313€ le retour c’est le prix à payer pour quitter Madagascar alors que il n’y a rien à craindre ou si peu contrairement à l’Europe où la deuxième vague va arriver en septembre parce que il y a un relâchement avéré.

  • cher Môssieur le voyagiste il semblerait qu’il y ait plusieurs centaines de Malgache qui voudraient rentrer en payant leur billet alors, faites quelque chose …

Voir aussi