Accueil » A la une » Rapport devant l’assemblée nationale – Le gouvernement attendu sur plusieurs points chauds
A la une Politique

Rapport devant l’assemblée nationale – Le gouvernement attendu sur plusieurs points chauds

Le  Premier  ministre  Christian  Ntsay  ouvre  le  bal  ce  jour

Comme le veut la Constitution, le gouvernement présentera le rapport d’exécution de son programme devant les députés. Le Premier ministre ouvrira le bal, ce jour.

Un rendez-vous attendu. La Constitution prévoit “qu’en début de chaque première session ordinaire, le gouvernement présente à l’Assemblée nationale un rapport d’exécution de son programme. La présentation sera suivie d’un débat portant sur les résultats des actions du gouvernement et l’évaluation des politiques publiques”.

L’exercice prévu par l’article 101 de la Loi fondamentale démarre aujourd’hui. Durant cinq jours, chaque membre du gouvernement présentera le rapport d’exécution du programme de son département devant les députés. C’est Christian Ntsay, Premier ministre, qui donnera le coup d’envoi des hostilités, ce jour. Richard Randriamandrato, ministre de l’Économie et des finances, prendra, ensuite, le relais.

Tous les rendez-vous se tiendront par visioconférence et seront retransmis en direct sur la page Facebook de la Chambre basse. D’entrée, les dossiers brûlants devraient être soulevés. Le Premier ministre s’appliquera probablement à faire une synthèse de l’exécution de la Politique générale de l’État (PGE). Seulement, dans un contexte de crise sanitaire, les députés, mais surtout, l’opinion publique souhaitent savoir comment le gouvernement compte, concrètement, agir pour reprendre la main sur la situation économique et sociale. Qu’en est-il du Plan Marshall, et aussi, qu’en est-il du Plan émergence de Madagascar (PEM). Ce sont des questions qui pourraient être posées au chef du gouvernement. L’intervention du grand argentier de l’État devrait donc venir en complément de celle du Premier ministre. Le ministre Randriamandrato devrait faire part de l’état de la trésorerie étatique et des acquis de la part des bailleurs.

Un sempiternel problème

Les ministres de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de l’Enseignement technique viendront clore la série de présentation du rapport du gouvernement, pour aujourd’hui. La situation pourrait se crisper à l’Assemblée nationale, durant la deuxième journée des rapports du gouvernement, jeudi. Ce sera le tour des ministres chargés de la Justice, de l’Intérieur et de la décentralisation, ainsi que ceux en charge de la Défense et de la sécurité.

A la tête du Centre de commandement opérationnel contre la Covid-19 (CCO-C), durant la première vague, le ministre Tianarivelo Razafimahefa, pourrait être questionné par les députés, notamment, d’opposition sur la gestion de la riposte contre la pandémie. À l’exemple du scénario de l’année dernière, la question de la justice et de la lutte contre l’insécurité sont des sujets sources d’échanges électroniques entre les députés et les ministres concernés.

Des ministres qui ont des difficultés à manœuvrer des dossiers délicats seront au rapport devant l’Assemblée nationale, vendredi. Il y aura Vohary Rakotovelomanantsoa, ministre de l’Eau, notamment. La solution au problème d’approvisionnement en eau à Antananarivo et l’accès à l’eau potable dans le Sud sont des défis sur lesquels des résultats concrets et probants sont toujours attendus. S’ensuivra, Lantosoa Rakotomalala, ministre du Commerce. Sa prestation sera décortiquée à un moment où l’inflation, qu’elle a du mal à juguler, reprend ses aises.

Christian Ramarolahy, ministre de l’Énergie, sera aussi à l’affiche, vendredi. Particulièrement discret, il devra, cependant s’expliquer sur le sempiternel problème des coupures d’électricité. La Jirama, d’autant plus, vient de publier une nouvelle version du tarif OPTIMA qui fera très mal au portefeuille de la classe moyenne et des petits entrepreneurs.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter