Accueil » Editorial » Cédez la priorité
Editorial

Cédez la priorité

Qu’on le veuille ou non, le stade Barea est désormais le plus bel édifice de la ville d’Antananarivo. Un véritable chef d’œuvre des ingénieurs chinois qui a été bâti dans un temps record de 18 mois. Bien qu’il reste des détails à finir, le stade Barea cloue le bec à ses détracteurs. C’est une fierté de la ville et de tout le pays. Madagascar a été l’un des rares pays à ne pas disposer d’une telle infrastructure en Afrique. Curieusement, si ce n’est pas un indice de développement, c’est sûrement un indice de pauvreté.

Une lacune vient d’être comblée. Il a fallu attendre 60 ans pour voir un président qui comprenne les enjeux et l’économie du sport. Eh oui, en plus de demi-siècle de république, les priorités étaient toujours la santé, l’éducation, la défense, la sécurité… le sport a toujours été la dixième roue de la carrosse. On sait où est-ce que cela a mené le pays et où en est-on aujourd’hui. Le département d’Ambohijatovo détient pourtant le plus grand nombre de ministre depuis le retour de l’indépendance avec une vingtaine de titulaire mais a toujours fonctionné avec un budget symbolique.

En principe si un département figure parmi les portefeuilles du gouvernement c’est qu’il a son importance. Et un département ne doit pas être plus important qu’un autre sinon on devrait réduire les départements aux ministères régaliens de l’État.

Jusqu’ici le sport à travers les exploits des Barea à la Can en 2019, des Barea beach soccer, champion d’Afrique en 2015, de Jean Louis Ravelomanantsoa finaliste des J.O de Mexico en 1968, de Nicole Ramalalanirina finaliste olympique aux J.O de Sydney en 2000…a réussi là où la politique et la diplomatie ont lamentablement échoué. Il ne fallait donc pas réduire le sport à son aspect loisir, un stade à son aspect aire du jeu. La pauvreté ne doit pas être un obstacle pour promouvoir un domaine où le pays peut réussir. C’est un choix diplomatique. Le Cuba, l’Éthiopie, le Kenya, la Jamaïque sont des pays aussi pauvres que nous mais qui ont choisi de se faire un nom à travers le sport, de faire du sport un tremplin social pour les jeunes.

Le sport est aussi important que la santé et l’éducation. On recourt souvent au sport pour se tenir en bonne santé et pour lutter contre l’addiction aux drogues des jeunes. Mieux vaut ainsi affecter le budget à la construction de stade au lieu de le brûler dans la lutte contre le tabagisme.

Ailleurs, il y a longtemps qu’on a compris que le sport est un facteur de développement économique. Les plus grands contribuables sont les sportifs de haut niveau en l’occurrence les footballeurs, les basketteurs, les joueurs de tennis, les golfeurs, les pilotes de Formule 1. Ils gagnent beaucoup d’argent mais ils donnent également un bon pourcentage de leur revenu à l’État.

Ce n’est pas parce que des gens meurent de faim qu’on doit tout arrêter. Il appartient à chaque département de régler ses problèmes sans remettre en cause le projet des autres.

La priorité a changé de sens depuis 2019. Gare à la mauvaise conduite.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter