Social

Monde rural – Les familles nombreuses abondent

L’Androy fait partie des régions où les familles sont généralement nombreuses.

Une famille de quinze, de douze ou de dix personnes, parents et enfants compris, ça existe encore à Madagascar. Elles sont même nombreuses dans les milieux ruraux. « On peut dire que 80 % des cent cinquante mille ménages bénéficiaires des activités « Vatsin’ ankohonana» et « Asa avotra mirindra », dans sept régions, sont des familles nombreuses », fait connaître Serge Harilala Rajao, directeur général par intérim du Fonds d’intervention pour le développement (FID), hier. À Androy et à Anosy entre autres, des hommes sont pères de plus de quinze enfants, à cause de la polygamie qui est une pratique courante dans ces régions. Même vieux, ils continuent à procréer.

Avoir plusieurs bouches à nourrir est considéré tel un blocage au développement. « Les moyens à disposition de la famille ne progressent pas, alors que les bouches à nourrir augmentent. En outre, plus le nombre de la population augmente, moins il y a des superficies cultivables », précise Serge Harilala Rajao. Le directeur pays de Marie Stopes Madagascar (MSM), Lalaina Razafinirinasoa pour sa part, indique que « le développement n’aura pas lieu, tant que le nombre d’enfant n’est pas maîtrisé ».

Le contrôle des naissances n’est pas une priorité pour les familles des milieux ruraux. D’autant plus que les méthodes contraceptives y sont encore peu connues.
C’est dans ces contextes que le MSM et le FID ont signé une convention de partenariat, hier. Le premier va former le personnel du FID et ses intervenants sur le planning familial et la contraception.