Politique

Législatives – La confrontation des PV conditionnée

Des vagues de contestations électorales s’enchainent après le scrutin du 27 mai. Les candidats qui se sentent lésés aux législatives, dénoncent les irrégularités observées dans les bureaux de votes. Dans certaines circonscriptions électorales, le collectif des candidats revendique la confrontation des procès-verbaux pour découvrir les cas de fraude.

La requête semble être difficile à satisfaire car, d’après Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Com­mission électorale nationale indépendante (CENI), « les demandeurs devraient avoir des documents électoraux en leur possession pour qu’on puisse procéder ensemble à une nouvelle vérification ». Mais cette position est devenue plus flexible depuis hier. Tous les candidats qui dénoncent des fraudes, sont invités au siège de la CENI à Alarobia. Ils devront se munir des preuves qui attestent tous les points de divergence dans les législatives.

Au cours de la confrontation des procès-verbaux réels aux documents scannés, des formes d’irrégularités ont été constatées. Une simple modification a été apportée sur les données incohérentes, mais la Haute Cour Constitutionnelle en a été avisée puisque les juges constitutionnels ont le dernier mot en matière de contentieux électoral.