Texto de Ravel

La Résolution 1540

La résolution 1540 (2004) est une décision prise par les Etats membres de Nations Unies concernant les armes de destruction massive. Elle a été adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité le 28 avril 2004. C’est pour cette raison que derrière le chiffre 1540, on associe cette année 2004. Elle impose à tous les États de s’abstenir d’apporter une forme d’aide quelconque à des acteurs non étatiques qui tentent de mettre au point, de se procurer, de fabriquer, de posséder, de transporter, de transférer ou d’utiliser des armes nucléaires, chimiques ou biologiques ou leurs vecteurs. Par acteurs non étatiques les Nations Unies parlent de toute personne physique, groupe de personnes dont les groupes terroristes, entités privées qui ne sont pas sous la tutelle des Etats. Les règlementations des Etats sur le sujet du développement, de la gestion des armes de destruction massive sont inscrites dans d’autres textes des Nations Unies.

La 1540 impose en obligation à tous les États de mettre en place des dispositifs intérieurs de contrôle destinés à prévenir la prolifération des armes de destruction massive. Comme mentionné plus haut, ces dernières se déclinent en trois groupes : les armes chimiques, les armes biologiques et les armes nucléaires. Il est aussi question de limiter leurs transports et leur arrivée aux mains d’acteurs non étatiques, notamment en établissant des dispositifs de contrôle appropriés pour les matières connexes qui sont toutes les produits de base pour créer des armes de destruction massive.  Pour que cela puisse se faire, la résolution exhorte une attention constante de tous les Etats membres ainsi que celle des points de contact nationaux.

À ce jour, 106 États ont nommé un point de contact national, qui assure la liaison entre le Comité et les organes administratifs et fonctionnaires chargés, sur le plan national, de l’application de la résolution. Madagascar a aussi obligation de mettre en place une stratégie nationale de mise en œuvre de cette résolution. Notre pays a son point focal et nous avons mis en place il y a quelques jours le comité national de définition et de mise en œuvre du plan stratégique national. Ce comité est formé d’une trentaine de compétences issues des ministères, des organisations paraétatiques, les organisations de la société civile et les universitaires. A ce titre, il est important de noter l’importance de l’INSTN ou Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires. Grâce aux capacités et le leadership de l’INSTN Madagascar est assez avancé en matière de règlementation qui très apprécié au niveau international.

Certes, Madagascar n’est pas engagé directement dans la production de ces armes de destruction massive. Mais il ne faut jamais oublier la position géographique et géostratégique de notre pays qui est une plaque tournante des flux maritimes dans le monde. De même, les actes terroristes cherchent toujours le maillon faible pour s’engouffrer. Les millions de kilomètres de côtes de notre île sont des entrées faciles pour que transitent chez nous soit des armes de destruction massive soit des éléments qui peuvent contribuer à leur création. Aussi, nous devons nous préparer et assumer ce rôle dans la consolidation de la paix dans notre sous-région et dans le monde.

Si vis pacem, para bellum, qui veut la paix, prépare la guerre !

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter