Faits divers

Alasora – Sept bandits commentent une série d’attaques armées

Une hausse du taux d’insécurité est enregistrée  à Alasora et ses environs depuis quelques mois.

Munis de fusils et d’armes blanches, sept bandits ont assailli trois foyers. Une importante somme d’argent a été dérobée et trois blessés sont dénombrés.

La terreur s’est installée à Ambohimarina Alasora dans la nuit de samedi à dimanche. A des heures tardives de la nuit aux alentours de 23 heures, une escouade de bandits munis d’armes blanches et de fusils de chasse s’est livrée à une série d’attaques à main armée. Trois blessés sont dénombrés est une somme s’élevant à un total de plus de trois millions d’ariary est tombée dans l’escarcelle de la bande. Les malfaiteurs se sont, dans la foulée, emparés de tous les objets de valeur dont des bijoux et des appareils électroménagers. La bande qui a sévi est constituée de sept membres. Les assaillants ont fait irruption dans les foyers pris pour cible en fracturant des portes à l’aide de l’arsenal de banditisme en leur possession. Opérant à visage découvert, les bandits ont tenu en respect les familles qui en ont fait les frais, pour faire main basse sur tout ce qu’ils ont trouvé.

La première maison attaquée est occupée par la famille d’un cultivateur âgé de cinquante-deux ans. Pour le second foyer, le gagne-pain du chef de famille est la conduite de véhicule. Après avoir frappé, les brigands ont pris la poudre d’escampette en direction d’Ambohitanety Alasora.

Assaut éclair
Les malfaiteurs ont campé sur les lieux pendant à peine une trentaine de minutes. Après avoir sévi, ils se sont aussitôt fait la malle.
Sitôt alerté, le poste avancé de la gendarmerie nationale à Alasora a envoyé des éléments à la rescousse. L’équipe d’intervention a été conduite par le chef de poste en personne, accompagné de quelques éléments. Ils ont d’emblée passé au peigne fin les environs, sans pour autant retrouver les traces des fuyards. Les unités territoriales limitrophes ont été, à leur tour, avisées de la double attaque à main armée qui venait de se commettre.
De ce fait, le poste avancé de la gendarmerie nationale à Masindray, celle d’Ambohimanambola et même les forces de police ont été avisés pour mieux organiser le bouclage ainsi que la poursuite.
Ni mort ni blessé n’est, en revanche, signalé après le passage des bandits. Les recherches se poursuivent bien qu’elles s’avèrent pour l’instant infructueuses.