Accueil » Faits divers » Antananarivo – Les remblayages illicites incontrôlables
Faits divers

Antananarivo – Les remblayages illicites incontrôlables

La surveillance des camions transportant des terres est priorisée. Les remblayages dans les zones non autorisées restent interdits.

Non maîtrisé. Les camions transportant des terres pour les remblayages augmentent toutes les nuits. La pénalisation des propriétaires des remblais illicites s’appliquera bientôt. Le ministère de l’Aménagement du Territoire appelle une collaboration avec les différents responsables communaux. « Les remblais illicites augmentent. Plusieurs personnes, surtout des hommes d’affaires, profitent de la crise actuelle pour faire des remblais. Nous avons besoin du soutien des journalistes ainsi que des maires des communes. Ces derniers ne prennent pas leurs responsabilités. L’axe By Pass et Ampitatafika ont été autorisés au remblayage et aux constructions et possèdent des plans d’urbanisme. Les propriétaires suivent la procédure mais il existe des personnes qui font des opérations de terrassement. Nous constatons des camions qui jettent des terres sur la partie de Laniera, Ankorondrano et Anosivavaka. Or les remblais n’y sont pas autorisés. La police de l’Aménagement du territoire travaille seule », explique Marie Gérard Andriamanohisoa, directeur général de l’Aménagement du territoire lors d’une conférence de presse. Les travaux de remblayage ne doivent être entamés que si le titulaire obtient une prescription d’urbanisme, l’avis de l’Apipa et le permis de remblais délivré par le maire.

Pénalité
Les personnes qui procèdent à des remblais illicites devraient remettre en état le lieu de terrassement. La confiscation et la mise en fourrière des camions trans­por­teurs des remblais, une amende correspondant au double des frais alloués pour l’obtention des remblais se référant à la superficie du terrain remblayé, sont obligatoires pour les personnes ayant procédé aux remblayages illicites. Cent quatre vingt six verbalisations ont été distribuées jusqu’à maintenant. Quarante constructions illicites ont été enregistrées et quarante cinq travaux en cours ont été arrêtés, six maisons ont été démolies et trois infrastructures illégales ont été scellées par la police de l’Aménagement du territoire, ces derniers mois.

Le nombre des policiers de l’Aménagement du territoire est insuffisant surtout pour la surveillance des camions durant la nuit. Quatre vingt quatre nouveaux agents ont été recrutés récemment. Ceux-ci prêteront serment au niveau du Tribunal, lundi.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter