Accueil » Actualités » Gasy Bulles – Les jeunes talents en avant
Actualités Culture

Gasy Bulles – Les jeunes talents en avant

Deux expositions, et deux générations de passionnés de bandes dessinées et d’illustrations. Place à la créativité des jeunes  dans « Gasy Bulles », cette année.

De charmantes découvertes et une inventivité exclusive. C’est ce que le public a été convié à découvrir cette semaine, à travers le festival de la bande dessinée et de l’illustration Gasy Bulles. Depuis le début de semaine, les expositions destinées aux bédéphiles et autres passionnés de dessins de la capitale ont débuté. Surprenant, l’exposition « Jeunes talents » a ouvert ses portes au public dans un cadre exclusif depuis lundi.
Au sein de la librairie Mille feuilles à Behoririka, tout amateur du neuvième art, de tout âge et de tout horizon aura le privilège de découvrir les œuvres des jeunes bédéistes en herbe qui ont participé au concours lancé en amont du festival. Du mois de mars au mois de mai, près d’une trentaine d’entre eux ont travaillé leur imaginaire pour réaliser des planches inédites de bandes dessinées à travers la thématique du festival, les « Superhéros malgaches ».
« Nous sommes extrêmement fiers d’accueillir le festival chez nous cette année. En tant qu’acteur pour la promotion de la littérature, c’est un devoir et un privilège pour nous que de participer à la valorisation de la bande dessinée malgache », souligne Voahirana Ramalanjaona, responsable de la librairie Mille feuilles. L’endroit s’affirme, en effet, depuis son ouverture, comme un lieu d’échanges et de rencontres culturelles à part entière.

À découvrir
Un concours à travers lequel ces jeunes bédéistes ont été invités à créer des êtres aux talents particuliers, représentatifs de la société malgache, mais aussi de ses valeurs, ainsi que de ses mythes et légendes. « Jeunes talents » contribue à la visibilité d’une toute nouvelle génération de bédéistes, autant originaire des Hauts-Plateaux que du Nord de l’île. Le public est d’autant plus invité à aller voir cette exposition, car les votes afin de déterminer les lauréats du concours se tiennent uniquement sur place. Les résultats seront annoncés le 18 juin durant la clôture du festival.
En outre, l’exposition « Numerik’On » s’est aussi découvert au public de l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely depuis hier. « C’est une exposition où l’on illustre essentiellement le contexte numérique, à travers lequel les illustrateurs produisent actuellement. Ceci dit, on a toujours tenu à conjuguer modernité et tradition à travers cette exposition », souligne Hanta Navalona, du comité d’organisation du festival. De même, une exposition sur le dessin de presse et la liberté d’expression accompagne « Numerik’On » dans le hall de l’IFM.
« Il s’agit d’une exposition itinérante que l’on partage avec l’Alliance française, et qu’on se plaît à faire découvrir au public. Les dessins de presse s’affirmant comme étant un art d’actualité », confie Claire Simon, directrice de la médiathèque de l’IFM. Aujourd’hui, l’exposition « Hallucinograph » et « Ohabolana » sont tous deux à découvrir au Craam, à l’université d’Antananarivo.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Voir aussi