Region

Diana – Une plateforme pour préserver l’environnement

Les cinq membres du comité central de la plateforme « Hetsika Fagnary ».

« Fagnary », signifiant balancier dans le dialecte Sakalava, est le nom d’une plateforme nouvellement créée par les treize associations et la société civile œuvrant dans le domaine environnemental dans la région Diana. En fait, la stabilité de la pirogue est assurée par un balancier, souvent un simple tronc de bois léger de faible diamètre.
Désormais, la Diana se dote de cette organisation qui a pour mission d’influencer les politiques à tous les niveaux afin d’équilibrer l’utilisation des ressources naturelles et la conservation de l’environnement, tout en priorisant le développement de la communauté locale. L’objectif consiste à avoir un environnement préservé, où la bonne gouvernance des ressources naturelles assure le bien-être de la population locale.
L’officialisation de cette plateforme s’est tenue à l’Hôtel de la Poste, la semaine dernière, en présence des représentants des différentes organisations de la société civile venus de cinq districts. Citons entre autres, Alliance Voahary Gasy, ADAPS, Roseda, Crades, FUP Batan, PFED, Tafo Miha Avo, Soa Magneva, Sage. Ces organisations ont décidé de fédérer leurs forces au sein de cette plateforme régionale afin d’avoir plus d’efficacité sur les objectifs déjà fixés.
Ces représentants ont accordé leurs voix au cours de cette rencontre en adoptant le statut qui régit leur groupement baptisé « Hetsika Fagnary ». Ils sont également déterminés à mener des activités réaffirmant l’intérêt qu’ils attachent à la protection et à l’amélioration de l’environnement, en vue d’approfondir la prise de conscience des populations locales.
« Nous avons choisi Fagnary parce que le balancier est utilisé pour donner plus de stabilité à la pirogue. Actuellement, nous sommes en danger concernant notre environnement et nous avons besoin de cette plateforme pour sauver notre vie », a expliqué Hary Nantoanina Rajaonarison de l’Alliance Voahary Gasy.
Venance Imbe, de l’association de la société civile Mandresy Diana, a, quant à lui, souligné que les actions de cette plateforme seront axées sur l’exploitation correcte des ressources naturelles, que ce soit terrestres, maritimes ou minières, car l’environnement a maintenant besoin d’un équilibre. « Il faudra renforcer la gestion de notre environnement si nous voulons avoir un bon trésor naturel », a-t-il affirmé lors de sa brève intervention.
Le mouvement est dirigé par un comité central composé de cinq membres avec une présidence tournante d’un an.