A la une Régions

Ouverture du transport à Toliara – Confusion au niveau des lignes nationales

Photo : Mirana ihariliva L’attente  a  été  plus  longue  pour  les  taxi-brousse  sur  la  zone  nationale pour  cause  de  nouvelles  mesures.

Les mesures exceptionnelles sur le transport de voyageurs désireux de revenir à Antananarivo et à Fianarantsoa ont fait leur lot de surprises pour les voyageurs et les coopératives.

Première journée difficile pour l’ouverture provisoire des lignes de transport national. La mêlée a été au rendez-vous au niveau des coopératives de transport à Sanfily. Chaque voyageur a été obligé de remplir une fiche de renseignements clairs avec vérification des noms et prénoms correspondants aux cartes d’identité nationale, adresses à Toliara et au lieu de destination. Un surcoût sur le frais de transport a également été la grande surprise des voyageurs. Si en temps normal, le frais reliant Toliara à Antananarivo est de 50 000 ariary, celui-ci est monté à 80 000 ariary hier. Le départ n’a été possible que dans la mi-journée en raison de toute cette nouvelle organisation au niveau du transport et nombreux voyageurs n’ont pu partir faute de moyens. « L’Agence de transport terrestre (ATT) nous impose à ne remplir que trois places par banquette au lieu de quatre comme à la normale. Le port de cache bouche par voyageur est également obligatoire. Ceux qui n’en ont pas ne peuvent pas embarquer. Notre coopérative est contraint d’appliquer une hausse au niveau des frais car le nombre de voyageurs est réduit et nous ne percevons pas assez pour s’approvisionner en gasoil. De plus, nous avons demandé du renfort à d’autres coopératives car n’avions qu’un seul véhicule disponible. Tout ceci a un coût », explique le président de la coopérative Kofiam Toliara, Noël Ratsima.

Nombreux taxis-brousse ont été refoulés au niveau d’Andranomena, à la sortie de la RN7 pour ne pas avoir respecté les consignes.

Incompréhension

Le barrage sanitaire a exigé la prise de température de chaque voyageur et des fiches à remplir. Aucun test de diagnostic rapide (TDR) n’a été constaté. Au niveau d’Ilakaka, seule une paramédicale était au barrage sanitaire pour une nouvelle prise de température et dix taxis-brousse l’ont finalement esquivé car l’attente aurait été trop longue. « Je ne vois pas l’intérêt d’une nouvelle prise de température, une centaine de kilomètres plus tard» réagit une mère de famille à destination d’Antananarivo. Par ailleurs, le Centre de commandement opérationnel Covid-19 pour la région Atsimo andrefana a décidé d’établir des mesures exceptionnelles sur les transports urbains. Un cyclo-pousse ne peut transporter qu’une seule personne et les motos-tricycles Bajaj et les taxis, deux personnes au maximum, e t protégés par des caches bouche. Mais la communication n’est pas encore passée au niveau des Tuléarois, en tout cas pour la journée d’hier. Il existe plus de trois mille cyclo-pousses dans la ville de Toliara. D’autres actions pratiques seront menées à partir de ce jour. Le ministre de la jeunesse et des Sports, Roberto Tinoka Raharoarilala en sera le meneur.