Accueil » Politique » Leadership politique – Les femmes candidates encouragées
Politique

Leadership politique – Les femmes candidates encouragées

Victorine Ramaroson, candidate du parti ADN a affirmé sa volonté de défendre les intérêts des femmes à l’Assemblée.

La participation de la gent féminine est encore faible dans les élections législatives. Seulement 15% des candidats retenus sur la liste officielle de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) sont des femmes. Ce chiffre a stagné à ce niveau depuis les législatives de 2013. « La négligence de la responsabilisation des femmes dans la politique est une question d’ordre social. L’écart sur l’éducation et la discrimination à la base générée par le concept culturel ont favorisé le retard des femmes, notamment dans la vie publique. Même au sein du Parlement, le sens de leadership n’est pas perçu pour les femmes », affirme Hanitriniala Rafolisisoa, défenseur de droit de l’Homme.
Le leadership des femmes est sollicité par les promoteurs du droit de l’Homme. Les partenaires ont appuyé des projets visant le renforcement de la capacité féminine dans ce sens. Ainsi, un atelier d’échanges et d’information des femmes candidates aux élections législatives et des parties prenantes sur le leadership féminin sera organisé en leur faveur ce mardi à Anosy.
Les cent vingt-six femmes candidates sont les bienvenues à cette rencontre.
« L’idée de rehausser la valeur des candidats féminins aux législatives est une opportunité à saisir. L’initiative éclaircit l’esprit des citoyens, notamment sur la fausse appréciation infligée aux candidats artistes comme nous. Nombreux sont ceux qui pensent que la politique est une affaire qui ne nous concerne pas », regrette la candidate Ninie Donia.

Prêtes
Pour les législatives du 27 mai, les candidates indépendantes sont plus nombreuses que celles soutenues par les partis politiques. Elles veulent apporter une innovation dans l’amélioration de la vie des femmes en général.
La candidate du parti Antoka sy Dinan’ny Nosy (ADN) dans le district d’Avaradrano, Victorine Ramaroson, quant à elle, entend défendre les intérêts des femmes à l’Assemblée nationale. « C’est parce que les mères de famille sont toujours moins valorisées ». L’ambition de porter haut l’image des femmes au Parlement a motivé également Mercia Raoilijon de se présenter aux élections. « Je serais digne de la confiance du peuple quand je serais élue à Tsimbazaza », défend-elle.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi