Politique

Gouvernement – Le mandat d’un an confirmé

Les ministres seront bientôt évalués à mi-parcours.

Une lettre de mandat de chaque membre du Gouvernement a été présentée lors du Conseil de mercredi. Elle précise les rôles et attributions de chaque ministre.

Janvier 2020. C’est la date à laquelle les mem­bres du gouvernement seront évalués. Lors du conseil du gouvernement, mercredi, une communication verbale précise le mandat de chaque ministre. Un mandat qui prend la forme « de contrat-programme dans le cadre de la gestion axée sur les résultats pour la réalisation de la vision du président de la République », d’une durée d’un an avec une première évaluation au mois de juillet.
Avec un peu de lexicométrie, les mots « il est demandé, il est de leur devoir, ils doivent, il est essentiel » rythment le texte de neuf paragraphes. Un ton qui semble indiquer que la communication verbale prend l’allure d’un gentil rappel. À quelques jours de la fin de la période de grâce, certains ministères ne sont pas encore arrivés à constituer leur staff technique après un limogeage collectif des hauts responsables. Ainsi, la lettre rappelle que « l’État, sous le leadership du Président de la République, s’est engagé à atteindre ses objectifs avec un maximum d’impacts positifs en faveur de la population dans un délai le plus court possible ».

Évaluation périodique
Des impacts positifs dont l’évolution sera appréciée dans trois mois lors de l’évaluation à mi-parcours.
« Vous savez ce que vous avez à faire et on se donne un an pour voir les résultats », a annoncé le président Andry Rajoelina lors de la présentation du gouvernement en janvier.
Afin d’apprécier la progression de chaque indicateur, la communication verbale informe que chaque ministre doit assurer un suivi tous les trente jours et « de communiquer au Président de la République et au Premier ministre les progrès réalisés couvrant les engagements, d’évaluer l’effectivité et l’efficacité du travail de chaque ministre». Une obligation qui explique en partie la forte sollicitation des médias sur les activités de chaque département.
L’équipe de Christian Ntsay a douze mois pour relever les défis. Une configuration basée sur l’hypothèse que la liste proposée par Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina (IRMAR) dispose d’une majorité absolue à l’Assem­blée nationale. Cela suppose également que le gouvernement, dans sa composition actuelle, sera maintenu. L’hypothèse contraire risque d’ébranler les activités du gouvernement actuel déjà planifiées jusqu’en janvier 2020.

 

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Et sa sera comme tels durant les 4 années à venir ! Vu qu’ils fassent bien leurs travail! Ne discute pas qui passe tout de suite en action et prend en charge les réclame de la population!! C’est inacceptable si le DP TIM change celui-ci mais bien sur cela ne vas jamais arriver vu qu’ils ne vont jamais compléter les 109 députés…

  • L’évaluation des ministres dépend de l’évaluation de ses subordonnés. Et c’est le résultat global du ministère qui est attribué au ministre. Est-ce que ses administrés sont prêts à ce défit qui ne doit pas être un marathon individuel et personnel ?