Accueil » Editorial » Journal intime
Editorial

Journal intime

Les femmes d’abord. La journée internationale des femmes est placée sous le thème « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 ». La journée du 8 mars est totalement fériée pour les femmes depuis quelques années alors qu’auparavant elles n’avaient droit qu’à une demi-journée. Une victoire symbolique qui a son importance dans ce futur égalitaire. Pour le moment, les droits des femmes ne sont totalement respectés et la parité du genre est un objectif à atteindre.

Les femmes sont encore minoritaires au sein du gouvernement, au sein de l’Assemblée nationale et il n’y a qu’une seule femme parmi les dix-huit sénateurs. Il reste donc du chemin à faire.

Pour L’Express, l’honneur aux femmes se matérialise par une double page hebdomadaire intitulée « O féminin singulier » où on retrouve divers sujets sur l’univers féminin, les femmes qui ont la bougeotte, les femmes pas comme les autres…

Et aujourd’hui, on a édité un journal foncièrement féminin avec une double page sur les femmes, des interviews, des témoignages..Un journal intime en quelque sorte dont seules les femmes ont le secret. Les femmes finiront prendre le pouvoir et abattre tous les tabous culturels entre autres le fameux plafond de verre qui est en train de disparaître petit à petit dans plusieurs secteurs aussi bien au niveau international que national.

Les femmes présidents sont légion, des organismes internationaux sont dirigés par des femmes, le FMI entre autres. Une femme se trouve pour la première fois à la tête de l’Assemblee nationale, une femme dirige le Conseil supérieur de l’intégrité, des femmes se trouvent à la tête de plusieurs juridictions au tribunal…

Voir les femmes occuper toutes les places importantes dans les hauts emplois de l’État est une question de temps et non de compétence. À en juger les derniers recensements généraux, les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Une tendance qui va s’affirmer au fil des ans. Avec l’apport des transgenres, la situation semble irréversible. À se demander si les hommes sont une espèce en voie de disparition.

Le monde est en train de devenir une société matriarcale. D’aucuns disent que c’est une chance pour la paix. Quand on connaît le tempérament de la reine Ranavalona I, rien n’est moins sûr. Ce n’est pas toujours vrai.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter