Accueil » A la une » Football – CAF : La candidature d’Ahmad remise en cause
A la une Sport

Football – CAF : La candidature d’Ahmad remise en cause

Ahmad dirigeant la réunion du comité exécutif de samedi matin, à Yaoundé.

La commission de gouvernance de la CAF a annoncé qu’Ahmad est de nouveau éligible à la présidence de l’institution. Une décision jugée inopportune par le comité exécutif.

La FIFA (Fédé­ration internationale de football association) aura le dernier mot à propos de l’éligibilité d’Ahmad. Telle est l’épilogue d’une fin de semaine mouvementée à la Confédération africaine de football (CAF).

Deux réunions successives, ayant accouché de deux avis divergents, ont abouti à cette conclusion. Vendredi tout d’abord, les membres de la commission de gouvernance se sont retrouvés au Caire (Égypte). Et ce, à la suite d’une demande déposée par Ahmad pour que son cas soit réexaminé.

La commission a statué en sa faveur, sans grande surprise. Elle a fait part de sa décision dans un communiqué sans équivoque : « La décision de la FIFA ayant été suspendue par le TAS, le candidat Ahmad est déclaré éligible au poste de président de la CAF. »

Sauf que le lendemain, le comité exécutif a adopté une position diamétralement opposée à Yaoundé (Cameroun). « Le comité exécutif trouve inopportune la décision de la commission de gouvernance et il rappelle que le contrôle d’éligibilité est exclusivement du ressort de la commission de contrôle de la FIFA », pouvait-on lire dans un autre communiqué publié dans la nuit de samedi à dimanche.

Heureux et fier

Et dire qu’Ahmad a affiché sa joie d’être de retour sur les réseaux sociaux. « Très heureux et fier de présider, ce matin, la réunion du comité exécutif de la CAF », s’est-il exclamé dans un tweet, samedi matin. Pas sûr qu’il soit toujours aussi content à sa sortie de la salle !

La balle est dans le camp de cette fameuse commission de contrôle désormais. La FIFA a exigé une évaluation de tous les candidats par celle-ci, argumentant que « le président de la CAF a vocation à devenir vice-président de la FIFA ». Comme nous l’avons annoncé la semaine passée, la démarche risque de se corser à ce niveau, dans la mesure où la maison mère semble décidée à écarter définitivement Ahmad vu ces précédentes actions.

De plus, le TAS n’a pas accédé à sa requête pour se prémunir d’un éventuel rejet de sa candidature : « La formation arbitrale a rejeté la demande d’Ahmad visant à ce qu’il soit fait interdiction à la FIFA de prendre toute décision ayant pour conséquence de l’empêcher ou de lui rendre difficile de se présenter à l’élection ».

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • AHMAD traîne la réputation d’une « crapule » et qu’on se le dise clairement . Il y a des faits indéniables de corruption et des preuves tangibles d’atteinte à l’éthique . Le TAS n’est qu’une caisse de résonance pour sauver les copains et les coquins . Ce machin  » commission de gouvernance  » n’ agit que par pur réflexe corporatiste et conservatisme d’esprit . SEPP BLATTER ancien président de la FIFA a évolué longtemps sans être inquiété avec ce genre de garde-fou malgré les délits de favoritisme et de conflits d’intérêts avérés. On va assister maintenant au procès d’un vieil homme rongé par un début démence sénile .Pour le cas « AHMAD  » il n’y a pas de patriotisme déplacé à faire valoir et toute tentation à crier un complotisme imaginaire de la FIFA ne passera pas surtout chez certains journaleux de la place certainement adeptes des « felaka  » !