A la une

Echanges commerciaux – L’importation en provenance de Chine reste stable

Une rencontre a eu lieu à l’ambassade de Chine, hier, dans le cadre de l’information sur le coronavirus.

Tout comme la circulation des personnes, le mouvement des marchandises devraient avoir également de restriction à cause des mesures appliquées au niveau des frontières de la  Chine. Après l’arrêt du trafic aérien reliant Madagascar à la Chine, certains opérateurs malgaches émettent leur inquiétude sur le commerce. Le Conseil économique auprès de l’ambassade de Chine, en marge d’une rencontre avec la presse à Nanisana, hier, a rassuré que le coronavirus ne devrait pas avoir d’impacts sur les échanges commerciaux. Aucune évaluation n’est établie sur la perte sur ce sujet du fait qu’on est au début de l’année. Le taux du flux commercial est toujours faible durant cette période par rapport aux autres semestres. Mais la situation va se rétablir vers le début du moins de mars. « Je ne pense pas que le commerce entre la Chine et Madagascar va beaucoup souffrir de cette épidémie », indique Liang Shaomin, conseiller économique.

 Les activités des commerçants se poursuivent comme d’habitude à Behoririka. Les magasins et boutiques sont ouverts aux visiteurs. Aucune rupture de stock n’est, pour l’instant, déclarée pour les fournisseurs étrangers majoritairement Chinois. Les revendeurs et détaillants ne se soucient guère de l’existence de l’épidémie de coronavirus en Chine. Pour eux, ce qui compte c’est la continuité des échanges commerciaux au quotidien. Toutefois, la crainte des effets du coronavirus vient à l’esprit pour certains opérateurs malgaches qui occupent des stands dans les centres commerciaux à Behoririka, notamment pour ceux dépendent aux marchés chinois.

Aucun souci

Les revendeurs et détail­lants ne se soucient guère de l’existence de l’épidémie de coronavirus en Chine. Pour eux, ce qui compte c’est la continuité des échanges commerciaux au quotidien. Toutefois, la crainte des effets du coronavirus vient à l’esprit de certains opérateurs malgaches qui occupent des stands dans les centres commerciaux à Behoririka, notamment pour ceux dépendent des marchés chinois.

La suspension des activités dans de nombreuses usines en Chine ne présente aucun signe qui pourrait paralyser le commerce. C’est l’un des arguments avancés par l’expert économique chinois pour soutenir que coronavirus n’impacte pas les relations commerciales sino-malgaches. « Le volume de production est en hausse vers novembre. Et les producteurs chinois prévoient déjà leur stock pour janvier et février du fait que les ouvriers partent en vacances pour célébrer la fête de Printemps », ajoute Liang Shaomin. La période coïncide en quelque sorte avec l’épidémie qui sévit le pays de l’Empire en ce moment.