Accueil » A la une » Manque d’eau dans le Sud – Travaux à accélérer sur quatre pipelines
A la une Social

Manque d’eau dans le Sud – Travaux à accélérer sur quatre pipelines

La ministre Voahary Rakotovelomamantsoa lors de la rencontre avec la presse, hier.

Reprise, réhabilitation et nouveaux travaux sont en cours afin de résoudre le problème d’approvisionnement d’eau dans le Sud. Deux pipelines seront mis en place cette année.

La finalisation des travaux à long terme sera accélérée pour le Grand Sud. C’est ce qui a été annoncé par le ministre de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène, hier lors d’une rencontre avec la presse. Le contexte actuel fait que des ressources en eau sont disponibles mais le manque d’infrastructures de mobilisation tant pour l’alimentation humaine que pour l’agriculture et l’élevage reste un grand défi. Actuellement, le ministère de l’Eau mise sur l’exploitation, la reprise des travaux et la réhabilitation des potentiels dont le fleuve de Menarandra, Manambovo, Mandrare et Sampona.

Cette année, la reprise de travaux et le début des nouveaux projets sur deux pipelines dont ceux d’Ampotaka à Tsihombe et de Mandrare à Sampona ont été annoncés. « Il est nécessaire de penser sur le long terme et c’est le but de l’installation des pipelines dans le Sud. Pour Ampotaka-Tsihombe, près de 90 km sur les 145 km prévus son t achevés », indique Voahary Rakotovelomanantsoa, ministre de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène (MEAH).

Le pipeline d’Ampotaka Tsihombe sera renforcé pour en faire bénéficier près de vingt-mille habitants. Les travaux sur ce pipeline consistent à renforcer la capacité de production de la station de pompage d’Ampotaka et des nouveaux réseaux de distribution pour alimentation pastorale, dont la construction d’abreuvoir des petits ruminants. Le coût du projet s’élève à 8 284 542 dollars.

Des fuites

La reprise des travaux du pipeline Mandrare Sampona, quant à elle, profitera à près de quarante cinq-mille habitants. Une réparation des fuites au niveau de tous les ouvrages et des conduites principales et secondaires incluant les extensions vers Maroalopofy, Maroalomainty et Sampona est prévue.

Hormis ces deux pipelines, un autre partant du site de captage de Bemamba vers Antaritarika, en passant par Ambovombe est à réaliser. La mise en place d’un système d’irrigation goutte à goutte pour la culture maraîchère, ayant une capacité de 80 m2 par ménage pour vingt ménages bénéficiaires. Au total, près de cent-vingt-mille habitants dans les huit chefs-lieux de commune et l’agglomération d’Ambovombe, devront en tirer avantage. Le transport d’eau consiste à la mise en place de conduite principale d’une longueur de 47,5km et une conduite secondaire de 58,9 km. Ce projet est évalué à 45 millions de dollars.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi