Accueil » A la une » Ampasanimalo – Une explosion sème le trouble
A la une Faits divers

Ampasanimalo – Une explosion sème le trouble

Le quartier d’Ampasanimalo sécoué par une détonation.

Une explosion a retenti à quelques mètres de la maison d’un ministre, hier, à Ampasanimalo. Un blessé grave est à déplorer. Est-ce un attentat à la bombe, s’interroge l’entourage.

Alerte. Le chef de la brigade criminelle (BC) en personne et les forces d’intervention de la police (FIP) se sont dépêchés pour vérifier ce qui s’est passé, hier vers 10h30, à Ampasanimalo, tout près de la maison d’un membre du gouvernement.

Une forte explosion a semé la panique totale parmi les habitants du quartier. Selon les témoignages recueillis sur place, un jeune homme âgé d’environ 27 ans empruntait la route menant à la communauté des sœurs carmélites. Il portait un sac. « On ignore à quoi il jouait avec son téléphone, mais tout d’un coup, un objet dans son sac a détoné. Son bras droit et sa cuisse ont été gravement blessés. Son sang s’écoulait sur la chaussée», raconte un témoin oculaire étant sous le choc.

Un power bank

Dans un état comateux, la victime a été transportée en taxi vers le service des urgences de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) d’Ampefiloha où il a directement été placé sous soins intensifs.

La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre dans le quartier. Des habitants de Tsiadana ont également entendu l’explosion. Ils ont cru que c’était un coup de feu. Ils ont été terrorisés. «Ce serait une bombe artisanale. Compte tenu des dernières manifestations, il se peut que certaines personnes projetaient de commettre un attentat. Le jeune homme pourrait être un simple exécutant. On ne sait jamais. De plus, l’explosion s’est produite à dix mètres de la maison d’un ministre », raconte un policier présent sur les lieux.

De source auprès de la direction de la police judiciaire, « la rumeur sur la bombe artisanale est fausse d’après la descente effectuée. C’était le power bank de la victime, un accessoire très dangereux donc. Dans un premier temps, l’alerte qui nous est parvenue était confuse. On nous a même parlé d’une grenade ».

Le blessé est toujours sur son lit d’hôpital. La police attend qu’il se réveille et puisse parler pour procéder à son audition et à son identification.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi