A la une Social

Prime des fonctionnaires – Des enseignants entrent en grève

Les représentants des enseignants-grévistes du LMA annonçant leur suspension des cours, hier.  

Des enseignants contestent le non paiement du montant exact de la prime des fonctionnaires, tel qu’il est annoncé par le Gouvernement. Ils suspendent leurs activités.

On n’a vu que des élèves dans les salles de classe du Lycée moderne Ampefiloha (LMA), hier après-midi. Les enseignants sont entrés en grève, pour réclamer la prime des fonctionnaires d’un montant de 65 000 ariary, que le président de la République a offert à tous les agents de l’Etat, en fin d’année. Comme les enseignants des autres établissements scolaires, ils n’allaient toucher que 9 000 ariary sur les 65 000 ariary, si le personnel administratif du ministère a reçu la somme complète. «Nous demandons à ce que le personnel administratif et le personnel enseignant soient au même pied d’égalité », lance Patrick Ranaivoson, le porte-parole des enseignants.

Ce mouvement de contestation fait tâche d’huile. Des enseignants d’autres établissements, à savoir, ceux du collège d’enseignement général à Sabotsy Namehana, ceux du lycée Jules Ferry et même des enseignants des autres régions, se sont joints à ceux du LMA, pour médiatiser cette suspension d’activité. À Fianarantsoa, les enseignants du lycée Raherivelo Ramamonjy n’ont pas enseigné depuis hier.

Primes différentes
Ceux du lycée technique et professionnel donnent 72 heures au ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, pour régler le problème. Cette prime est différente d’un établissement à un autre, variant entre 9 000 ariary et 2 500 ariary. Ailleurs, on aurait demandé aux enseignants d’émarger 65 000 ariary, même s’ils n’ont touché que 9 000 ariary.

Au LMA, les cours seront suspendus pendant 48 heures. La décision a été prise lors d’une assemblée générale qui s’est tenue, hier matin. La rencontre des représentants des enseignants avec les staffs du ministère, lundi, est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. « Nous n’avons pas obtenu de réponse satisfaisante. On nous a même dit fermement que cette prime n’est pas « un droit ». Mais la déclaration du gouvernement dit le contraire», confient les grévistes. La porte-parole du gouvernement, Lalatiana Rakotondrazafy Andrian-tongarivo martèle dans un communiqué qu’un « panier garni » d’un montant de 65 000 ariary sera distribué à tous les agents de chaque ministère. Les sommes d’argent autres que ce montant, ne correspondent pas aux décisions prises pendant le Conseil des ministres, selon les directives du président de la République.

Des têtes pourront tomber. Une enquête est ouverte auprès de l’Inspection générale de l’Etat pour identifier les responsables de cette suspicion de malversation. Au sein du ministère, on explique que le montant a été réparti entre les fonctionnaires et les enseignants non fonctionnaires, non recensés parmi les bénéficiaires, que le personnel administratif, ne jouissant pas des indemnités de craie, a été avantagé, d’où la différence des sommes touchées entre le personnel administratif et enseignant. Ce sont les élèves qui font le frais de cette grève.

L’année scolaire, déjà courte, sera encore écourtée. Les grèves des enseignants, en 2018, ont fait chuter les résultats scolaires.