A la une Régions

Dondona Soavinandriana – Deux morts dans une mutinerie à la gendarmerie

Un groupe de villageois qui a réclamé la tête du gendarme incriminé.

Dondona à Soavinandriana a été hier, le théâtre d’une échauffourée. La foule a réclamé la tête d’un gendarme qui a tabassé un poissonnier, le blessant gravement.

Vive tension. Une échauffourée a éclaté, hier vers 14 heures, dans la commune rurale de Dondona, dans le district de Soavinandriana de la région Itasy, faisant deux morts et deux blessés par balles, tous des civils. Le fokonolona rouge de colère s’est rué vers le bureau des gendarmes après que l’un d’entre eux a grièvement blessé un poissonnier au marché.

À en croire le témoignage d’un habitant, témoin oculaire de la scène, « le marchand de poissons, d’environ 35 ans, a essuyé des coups de crosse, surtout à la tête. Il se trouve actuellement entre la vie et la mort. C’est cette brutalité flagrante qui a mis de l’huile sur le feu. La victime est venue au marché pour y écouler ses marchandises. Les gendarmes y passent pour collecter 1 000 ariary par vendeur, à titre de taxe. Un des gendarmes est revenu auprès du poissonnier pour lui réclamer encore la somme qu’il a déjà payée. Ils se sont disputés et le gendarme a fini par l’assommer », décrit-il.

Les villageois ont d’abord évacué le blessé à l’hôpital où ils se sont vus refuser l’entrée. Hors d’eux, ils l’ont alors conduit au poste pour le montrer à son tortionnaire.

Intense
Au même moment, ce dernier et un de ses collègues, présent, se sont enfermés dans leur bureau, mais le fokonolona est parvenu à les en faire sortir. « L’autre qui n’a rien fait s’est agenouillé pour s’excuser devant la cohue lorsque la tension est devenue intense. Il a été épargné puisqu’il n’a rien à voir dans cette affaire. Son frère d’arme a encore tiré quatre coups de feu, tuant sur le coup deux hommes et blessant deux autres », relate le témoin.

Alertés, des éléments de renfort issus de la police nationale et de la gendarmerie de Soavinandriana ont débarqué sur place pour maîtriser la situation et récupérer leurs deux collègues. Une ambulance est également venue pour évacuer le poissonnier et les deux autres victimes.
« En ce moment, tout est calme et il ne se passe plus rien. Les forces de l’ordre sont déjà reparties et les dépouilles ont été laissées aux bons soins de leurs familles », précisent les dernières informations reçues hier, dans la nuit.
« Nous avons été avisés par le commandant de brigade de Soavinandriana à 15h30 et nous sommes justement en cours de route vers cette localité. Je pense que le gendarme a dû recourir à son arme face à ce groupe de personnes qui l’a menacé de vindicte populaire. Mais il n’y a pas eu cinq morts, comme on l’a exagéré sur Facebook. Le poissonnier qui était dans le coma est déjà réveillé », explique un officier supérieur au commandement du groupement de la gendarmerie d’Itasy.

L’enquête donnera davantage de détails sur cet incident qui a failli tourné au drame.