Chronique

Chronique de VANF – Nous sommes une île

Vladimir Poutine en Syrie, des drones américains en raid sur l’Irak, le chef de la diplomatie turque chez le président algérien. Les compagnies aériennes égyptienne, jordanienne, bahraïnie, qui suspendent les liaisons vers Bagdad… Nous sommes loin, Madagascar est une île.

Les présidents russe et syrien se sont rencontrés à Damas, mais pas au palais présidentiel. Vladimir Poutine a reçu Bachar al-Assad au siège des forces armées russes basées en Syrie. Morceau de Russie au coeur de la Syrie, la salle était décorée du portrait présidentiel de Vladimir Poutine : le président syrien convoqué…

Le raid américain qui a tué un général iranien fait craindre un embrasement régional. Il ne doit pas être commode de vivre avec cette tension internationale à ses portes. Le Liban, par exemple, pourtant pas voisin direct de l’Iran ni de l’Irak, mais sur lequel la Syrie avait pu exercer une tutelle, qui s’inquiète que les évènements chez des voisins turbulents impactent chez lui. Aujourd’hui, c’est la Syrie qui est soumise aux influences rivales de la Russie et de l’Iran. Et, sitôt le général iranien exécuté par les États-Unis, le président russe a dû se rendre en Syrie pour envoyer implicitement un message explicite.

Au Liban, Carlos Ghosn ne craint pas d’être extradé vers Tokyo même si l’ambassadeur du Japon a rencontré le président libanais la veille de la conférence de presse de l’ancien PDG de Renault et Nissan. Dans sa grande évasion, Carlos Ghosn avait transité par la Turquie : des complices y auraient été arrêtés. Mais, la grande affaire turque du moment, c’est l’envoi de soldats turcs combattre en Libye aux côtés du Gouvernement d’union nationale reconnu par les Nations Unies, mais confronté aux attaques d’une faction soutenue par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes et l’Égypte. Après l’Irak et la Syrie, c’est au tour de la Libye d’avoir sur son sol des troupes étrangères plus ou moins indésirables.

L’alliance turco-libyenne qui a précédé cet envoi de troupes est une réponse à l’accord entre Israël, Chypre et la Grèce pour la sécurisation de l’approvisionnement énergétique de l’Europe en Méditerranée orientale.
Imbrications, ingérence, infiltrations terrestres… Nous sommes loin. Heureusement, Madagascar est une île.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter