Region

Mahavoky Atsimo – Le centre hospitalier privé d’électricité

ACLe Centre hospitalier de référence de Mahavoky Atsimo fonctionne difficilement à cause des coupures d’électricité.

Au Centre hospitalier de référence à Mahavoky atsimo, son directeur a été appelé d’urgence, samedi matin, car un électrocardiogramme s’était avéré urgent alors que tout l’établissement hospitalier était plongé dans le noir, et depuis vendredi à 6 h du matin il était privé d’électricité.
« On m’a téléphoné pour une urgence. L’électro­cardiogramme n’a pas pu être effectué faute de courant. Heureusement, l’ambulance dispose d’une énergie électrique. Même, les perfusions sont très difficiles à réaliser car on travaille dans l’obscurité », a déploré le Directeur du CHU de Mahavoky atsimo, le Professeur Ralison.
L’établissement dispose d’un groupe électrogène mais il est très budgétivore car la machine dépense vingt litres de carburant par heure, d’après les responsables.
Les conséquences des coupures intempestives de courant électrique dans la ville de Mahajanga provoquent des dégâts chez les abonnés de la Jirama. Aucun foyer n’a été épargné.
Des aliments congelés ont été jetés par les restaurateurs et les commerçants, ainsi que des particuliers car les coupures ont duré plus d’une journée et la chaîne de froid a été interrompue.
La vie quotidienne des habitants est totalement perturbée par ces coupures surtout en ce début de Nouvel an. Les commerces tournent au ralenti. Comme c’est le cas des commerces à Mahajanga be. La plupart utilise des groupes électrogènes. De même, les cultes dans les églises sont interrompus par des coupures intempestives.
« Nous ne pouvons plus travailler normalement car l’électricité ne revient qu’à minuit. Qu’est-ce que nous pouvons faire pendant la nuit ? », s’insurge un gérant de cybercafé.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter