Sport

Football – CAN 2019 – Réunion décisive de la CAF

L’Afrique du Sud dispose de plusieurs stades capables d’accueillir la CAN.

Le comité exécutif de la CAF se réunira, ce mercredi matin, à Dakar. Il s’agira de désigner le pays hôte de la CAN 2019.

Afrique du Sud ou Égypte ? La réponse sera connue ce mercredi, durant la conférence de presse du président de la Confédération Africaine de Football, Ahmad, au Sénégal. Et ce, après une réunion du comité exécutif de la CAF, au Terrou-Bi Hôtel de Dakar. Une réunion décisive pour choisir le pays hôte de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, après moult rebondissements, notamment le retrait de l’organisation au Cameroun et le désistement du Maroc, alors que le Royaume était fortement pressenti.
Avant, la CAN se jouait à seize équipes. Mais à partir de cette année, on passe à une formule à vingt-quatre. Peu de pays africains disposent des infrastructures nécessaires pour accueillir un événement d’une telle envergure. On ne parle pas seulement des stades, mais aussi des moyens de transports et des hôtels. C’est l’une des raisons pour laquelle il n’y a que deux candidats à la réception de cette édition 2019, en l’occurrence celles de l’Afrique du Sud et de l’Égypte.

Dix millions de dollars
Mais voilà, la question de la sécurité constitue un désavantage considérable pour les Maghrébins. Pas plus tard que ce weekend, au Caire, une énième explosion est survenue, ôtant la vie à un policier.
Difficile d’imaginer un tournoi international menacé quotidiennement par d’éventuels attentats. De son côté, la nation Arc-en-ciel a démontré sa capacité d’accueil lors du Mondial 2010. Elle possède déjà toutes les infrastructures requises. Sauf que les Sud-Africains seraient en manque de liquidités, comme l’a dévoilé un article de RFI publié hier, sachant que les coûts d’organisation s’élèvent à dix millions de dollars. « Le pays veut bien accueillir la compétition à condition que le gouvernement n’ait pas à débourser un centime. Il attend de la CAF un plan de dépenses très précis… Pour financer le tournoi, la SAFA (Ndlr : fédération sud-africaine de football) pourrait alors demander une participation aux villes hôtes », souligne cet article.
La CAF se trouve face à un choix difficile. Mais quoi qu’il en soit, elle doit impérativement trancher en ce début d’année. Et ce, afin de permettre au pays choisi de bien se préparer, vu qu’il ne reste plus que six mois avant la compétition, prévue du 15 juin au 13 juillet.

Réclamation de primes

Plusieurs joueuses des Barea ont relayé une publication réclamant des primes de matches, depuis dimanche soir, sur les réseaux sociaux. Une publication dont on ignore l’origine. Celle-ci mentionne notamment « Comité de normalisation ? Bougez-vous. On veut des explications ». Le post s’apparente à une réclamation des primes de matches, suite aux rencontres de qualifications pour la Coupe d’Afrique des Nations. Il met en avant, à titre d’exemple, les enveloppes touchées par les joueurs d’autres nations, 44.000 euros par tête pour les Algériens, 16.000 euros par tête pour les Mauritaniens, 14.000 euros par tête pour les Guinéens et 25.000 euros par tête pour les Marocains. Des chiffres qui auraient été recueillis auprès des fédérations respectives de ces pays. L’objectif est clair, c’est de mettre la pression sur les dirigeants actuels.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter