Faits divers

Vol à l’arraché : Un gang armé opère par deux fois

Un couple japonais touriste et un passant ont été immobilisés, puis volés par quatre bandits armés, hier matin, à Antsahamanitra et à Isoraka.

Alerte. Trois personnes ont été plumées par une escouade de quatre malfaiteurs équipés d’un pistolet automatique, hier matin à 5h 30 à Isoraka, près du tombeau de Rainiharo et à 6h, sur la route pavée d’Antsahamanitra.
À 6h, un couple japonais en voyage à Madagascar est sorti de son hôtel à Antsaha­manitra et tombé directement dans le piège des bandits. Tous les deux ont été tenus en respect par les malfrats et n’ont opposé aucune résistance.

Selon les informations du commissariat de la sécurité publique du première arrondissement (CSP1), à Analakely, ils ont perdu leur iPod, un montant de 50 000 ariary et d’autres objets en leur possession. La bande ne les a pourtant pas agressés.

Les quatre voleurs armés n’ont pas pris la peine de dissimuler leur visage alors qu’ils opéraient à ciel ouvert. Après l’acte accompli en un éclair, ils ont pris leurs jambes à leur cou pour s’évanouir dans les dédales du quartier. Personne d’autre n’a osé suivre leurs traces en attendant l’arrivée des éléments d’intervention de la police.

Ratissage
« Nous avons effectué rapidement un ratissage, mais aucun de ces assaillants n’a été retrouvé. Les Japonais pris pour cible sont venus chez nous, au poste, pour déposer plainte », indique notre interlocuteur au CSP1. D’après ses explications, ces touristes iront à Morondava ce jour. Ils devraient partir hier, mais leur départ a dû être annulé.

Trente minutes avant cela, soit à 5h 30, à proximité de l’église d’Ambatonilita, un jeune homme a subi le même sort. Il marchait dans ce coin quand il a été attrapé par quatre individus munis d’arme de poing et de couteau. « Il a, lui aussi, été dépouillé de son téléphone et argent. Il a été blessé au visage et amené chez un médecin. Nous avons poursuivi les brigands, mais rien », relate un témoin. « Nous avons été avisés par l’entourage pendant le ratissage », affirme un policier du CSP1.

« Les malfaiteurs ont agi avec un mode opératoire pareil dans ces deux scènes matinales. Ce qui laisse à croire fortement que les auteurs seraient toujours la même équipe », suppose un fin limier. L’enquête continue pour en faire la lumière.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter