A la une

Grand Tana : Douze milliards d’ariary pour gérer Antananarivo

Les habitants des communes en périphérie d’Antananarivo et ceux de la capitale vont être bénéficiaires de la création d’une agence pour assurer une gestion efficace de l’urbanisme.

Aide financière obtenue. Jeudi a eu lieu aux locaux du ministère de l’économie et des finances une signature d’accords de financement entre l’État et l’Agence Française de Développement. Quatre accords sont signés, ciblant notamment la consolidation de la résilience face aux catastrophes naturelles et la concrétisation du concept de « Grand Antana­narivo ». L’aménagement de la capitale et des communes autour d’elle va passer par la création d’un espace unique de gestion du foncier, de l’assainissement, des risques climatiques et de la mobilité. Douze milliards d’ariary- soit trois millions d’euros – sont consacrés par l’Agence Française de Développement ou AFD pour accompagner la création de cet espace ainsi que son fonctionnement. L’espace en question va s’appeler Agence pour l’Urbanisme du Grand Antananarivo.

« La disponibilité de ce financement tombe à point nommé au moment même où les élections communales et municipales viennent de se passer. Les dirigeants locaux nouvellement élus vont disposer alors de moyens pour se mettre au travail. L’aménagement de la capitale peut effectivement démarrer car les fonds sont désormais disponibles », affirme Richard Randria­mandrato, ministre de l’économie et des finances, lors de la signature de l’accord de financement, en présence de l’ambassadeur de France Christophe Bouchard. L’expansion démographique ingérable à Antananarivo conduit à une disproportion entre la capacité d’accueil de la ville et les besoins de la population urbaine. L’anarchie dans l’occupation des espaces rejoint la difficulté de gestion de la mobilité et de l’assainissement tant en plein cœur qu’en périphérie de la capitale. La gestion extensive d’Antananarivo va impliquer les localités rurales et périurbaines environnantes à travers la mise en place de l’Agence d’Urbanisme du Grand Antananarivo. La nécessité de la mise en commun des moyens pour perfectionner les prises de décisions va se concrétiser à travers la création de cette Agence pour l’Urbanisme du Grand Antananarivo dont parmi les rôles va se trouver également la gestion des risques climatiques.

Planification urbaine
Le défaut de coordination des politiques publiques entre les communes autour d’Antananarivo et l’administration de la capitale a toujours conduit à une densité désordonnée de la population. En conséquence advient l’exposition permanente aux risques et catastrophes naturelles qui frappent chaque année les bas-quartiers et les hauteurs à Antananarivo. De même, les liaisons intercommunales partant de la capitale vers les localités alentours sont de temps en temps entravés par l’absence d’une gestion et d’un contrôle optimale de la mobilité, c’est-à-dire des infrastructures routières et du transport.

Les douze milliards d’Ariary octroyés par l’AFD vont être destinés à rendre opérationnel une collaboration entre l’État et les collectivités dans la gestion collégiale de l’Agence d’Urbanisme du Grand Antananarivo. Entres autres difficultés à Antananarivo et environs se trouvent l’accès au logement et la vulnérabilité de la population face aux cataclysmes naturels ainsi que l’embouteillage. L’Agence d’Urbanisme du Grand Antananarivo est dorénavant attendu dans le pilotage de solutions pérennes pour une gestion performantes de ressources foncières et démographiques déjà que la subvention accordée par l’AFD s’accompagne d’un financement de quarante-six milliards d’ariary pour une protection des populations contre les catastrophes et ce dans tout Madagascar et une enveloppe de 3,6 milliards d’ariary pour le renforcement de capacités des décideurs.