Culture

Concert – Henri Ratsimbazafy chante sa vie

Loin d’être l’intitulé d’une autobiographie, « Tantaram-piainako » est surtout le titre d’un énième concert d’Henri Ratsimbazafy dans le cadre de sa retraite artistique.

Des retrouvailles de plus, qui s’affichent dans la longue lignée de ses concerts post-retraite. C’est un rendez-vous qui s’affirme une nouvelle fois comme inédit que l’illustre Henri Ratsim­bazafy propose à ses inconditionnels demain. Pour l’occasion, c’est une scène à l’image de son illustre carrière que Dear Henry comme il se fait tendrement surnommer va envahir. Avec six décennies passées à charmer, envoûter et éblouir un public de toutes les générations de sa passion pour la scène et la musique, l’éminent artiste qui n’est décidément pas près de raccrocher le micro, s’apprête à nous livrer un autre tour de piste entraînant au Centre de conférence International (CCI) Ivato.

Ceci-dit, comme à l’accoutumée, toujours aussi fringuant et fort de ce dynamisme bien à lui, Henri Ratsimbazafy se plaira à surprendre avec une prestation quasi-théâtrale et ce style particulier qu’on lui reconnait. D’autant plus qu’il y a bien de quoi faire sur la scène du CCI Ivato où il nous imagera cette fois à travers ses plus grands tubes son histoire. Le rideau se lèvera alors vers 15h sur « Tantaram-pianako » d’Henri Ratsimbazafy et ses 60 ans de carrière musicale. « Un grand moment de fierté et de plaisir, c’est ainsi que je vivrai ce concert du début jusqu’à la fin. Ensemble vivons l’histoire, mon histoire », confie-t-il.

« Indémodable… »
Entouré par la jeune équipe de Valiha Event à l’organisation, il promet donc un instant mélodieux et chaleureux pour tous ceux qui se joindront à lui demain après-midi. L’histoire de sa vie, de ses amours aussi sans doute, ainsi que de cette persévérance exemplaire de toujours conquérir la scène, c’est ce que le patriarche des chanteurs nationaux nous livrera le temps d’un concert. Embarquons alors dans son « Fiaran-dalamby » pour nous laisser bercer par sa poésie, hissons nos « Lamba blanc » pour danser aux rythmes de ses compositions, tandis que sur scène le « Veloma » d’Henri Ratsimbazafy, octogénaire et aussi énergique qu’à ses débuts, sonnera une nouvelle fois comme un « à très bientôt » de sa part.

Se faisant une seconde jeunesse à chaque fois qu’il communie avec le public, il est ravi d’inspirer la jeune génération à vivre à fond sa passion. Voilà une décennie maintenant qu’il a officiellement annoncé sa retraite de la scène artistique et pourtant le revoilà encore et encore, enchantant les mélomanes de ses chansons. À un point que si demain on apprenait la sortie d’un nouvel album ou encore un prochain concert dans un lieu plus grand, l’on ne serait plus surpris. Si Bessa avant lui s’est fait désirer bien des années avant de retrouver la scène du CCI Ivato, Henri Ratsimbazafy lui n’en a pas fini de nous transporter à travers ses plus belles années.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter