Régions

Toliara – Évasion massive avortée à la prison

Trente détenus ont tenté, sans succès, de s’évader samedi soir. Ils ont été stoppés à temps par les agents pénitentiaires de la maison d’arrêt de Toliara.

Plusieurs prisonniers ont tenté de s’évader samedi après-midi vers 16h30, de la maison d’arrêt « d’Ambalabe » à Toliara-centre. Un prévenu dénommé Rasolo, accusé de vols aggravés et d’association de malfaiteurs, était le cerveau de cette tentative d’évasion massive. Il s’est vanté d’être un devin-guérisseur ou « Ombiasa» et a prétendu qu’il ne pouvait être tué par une arme à feu. Selon de le directeur régional de l’Administration pénitentiaire de Toliara (DRAP), Philémon Razafindrahana, ce prisonnier a exhorté, en plein jour, tous les prisonniers à sortir de la prison en criant : « On doit sortir car la grâce du président de la République n’existe pas et ce n’est qu’un mensonge.»

D’après le premier responsable de l’Administration pénitentiaire de Toliara, attiré par cette incitation à la mutinerie de Rasolo, plus de trente détenus ont suivi à la lettre l’appel de leur instigateur. Mais alertés par cette situation, les gardes pénitentiaires stationnés devant la prison ont tenté de les arrêter par des tirs de sommation, à l’aide de leur pistolet mitrailleur Mat 49, mais bizarrement, à plusieurs reprises, ils ont essayé d’appuyer sur la détente de leur arme pour libérer le percuteur. Cela n’a donné aucun résultat car leur arme est restée bloquée et n’a pu déclencher le tir voulu, alors que les évadés s’apprêtaient à escalader le mur de la prison pour s’enfuir.

Ni mort ni blessé

Surpris par la tournure de la situation, le chef de poste a réagi et a pris un fusil Mas 36 dans son bureau et dès que le coup de feu a retenti, tous les prisonniers fugitifs se sont rendus tout de suite, sauf Rasolo le meneur de la mutinerie. Cependant, peu de temps après, celui-ci a été interpellé et maîtrisé par les gardes pénitentiaires, et le calme est revenu. Lors d’un point de presse, le DRAP a indiqué « qu’il convient de relever qu’aucune perte en vie humaine, ni aucun blessé n’est à signaler parmi les agents pénitentiaires et les insurgés ».

Cette prison « d’Ambalabe » qui est située en plein centre ville, est souvent confrontée à ce genre de situation. La dernière évasion spectaculaire remonte au lundi 2 mai 2016. Vers une heure du matin, des prisonniers de la Maison centrale de Toliara se sont échappés de leurs cellules. Les détenus auraient fracturé les portes de leurs chambres, ils ont ensuite escaladé le mur d’enceinte de la prison. Les évadés étaient au nombre de quarante-trois au moment où ils ont réussi à s’échapper.

L’alerte a été donnée et les forces de l’ordre ont poursuivi les évadés, mais sans résultats jusqu’à présent. Prévue accueillir deux cent cinquante personnes, le centre compte plus de cinq cent dix détenus parmi lesquels se trouvent des mineurs. Face à cette surpopulation carcérale, et les évasions à répétition qui mettent souvent en haleine la ville tout entière, la construction d’un nouveau centre de détention hors de Toliara est toujours réclamée par la population de la Cité du Soleil.