A la une Culture

Palais des sports Mahamasina – Tous les honneurs pour la dépouille de Dadah

Le choc a été palpable pour le public de la capitale en recevant le corps de Dadah au palais des Sports de Mahamasina, hier. La capitale a témoigné son attachement au grand artiste disparu.

Soutien et compassion. Pour permettre au grand public de la capitale de rendre un dernier hommage à Dadah avant son enterrement, le corps du défunt a été emené au palais des Sports à Mahamasina hier après-midi, et ce, pour une veillée funèbre. Un bon nombre de gens y est venu, pour témoigner leur soutien et leur compassion à la famille et aux autres membres du groupe mythique Mahaleo.

La situation est dure à avaler pour tout le monde. La tristesse se lisait dans les yeux de chaque personne présente sur le lieu qui, dès la fin de la matinée, se remplissait petit à petit. Mais c’est le moment de témoigner son attachement au groupe Mahaleo qui a vécu une deuxième disparition en l’espace de quinze jours. Le personnel du ministère de la Culture était présent pour l’intendance générale. L’Ordre national des médecins est arrivé en masse vers 13 heures parce que Dadah fut aussi un brillant chirurgien. Et les inconditionnels ne se sont pas fait prier pour être là. Les artistes de toutes les générations ont été aussi au rendez-vous ainsi que des personnalités politiques. Tout le monde était prêt pour accueillir, comme il se doit, le cortège funèbre au palais des Sports.

Bekoto, dans son tourment, a accordé une interview aux journalistes, expliquant que le groupe Mahaleo qui ressemble à une guitare à sept cordes, en a perdu quatre. « Il est encore possible de jouer. Mais tout dépendra de beaucoup de choses », sous-entend-t-il. Pour sa part, Dama avoue ne pas encore réaliser ce qui leur arrive. «Nous sommes encore endeuillés pour Fafah, et voilà Dadah nous quitte aussi. Je ne sais plus quoi dire. Pour l’instant, nous devons faire face », selon son propos.

Vibrant hommage

Vers 16 heures, un groupe d’artistes s’est précipité vers le portail du palais, quelques guitares à la main. Raboussa, Lola, Luc, Lilie, Farakely, Ndrina Ramamonjy, Tonton Pa et les autres acteurs du paysage musical de la capitale chantèrent à crever le ciel à l’arrivée du cortège, comme pour faire entendre leur douleur. Inah, une jeune chanteuse avec qui Dadah a sorti un album, n’a pas pu retenir ses larmes. Ils ont précédé le cortège jusqu’à l’entrée du palais où ils ont formé une haie d’honneur, en guise de respect.

Toute l’assistance à l’intérieur s’est levée jusqu’à ce que le cercueil contenant le corps de Dadah et les membres de sa famille soient bien installés.

Après un bref discours d’un membre de l’organisation qui annonça le déroulement du programme, les artistes se sont relayés sur scène pour interpréter une chanson de leur choix en hommage au défunt et pour encourager toute l’assistance. Lilie, Farakely, et deux autres femmes ont chanté « Ny fanahiko » de Ndrina Ramamonjy. Lola et Tonton Pa, Fangia Kalogasy leur ont succédé sur scène. Puis, la poétesse Ny Ventso, l’auteur Nalisoa Ravalitera ont choisi, chacun, un poème à la fois poignant et réconfortant, décrivant leur perception de cette douloureuse situation. D’autres artistes se sont relayés sur scène toute la nuit pour ce dernier hommage à Dadah.

Une cérémonie de remise de distinction post mortem pour Dadah est prévue pour ce jeudi 7 novembre à 8 heures. Une dernière messe à la cathédrale d’Analakely s’en suivra, avant de déposer le corps dans son tombeau familial à Betafo à Antsirabe, selon le programme annoncé. La nuit au palais des Sports était remplie d’émotions. Dadah a laissé de bons souvenirs à des générations qui ne sont pas prêtes de l’oublier pour longtemps.