A la une Economie

Conseil des ministres – Le projet Base Toliara suspendu

Coup de tonnerre hier pour les promoteurs du projet d’extraction d’ilménite  de Ranobe à Toliara. Le projet Base Toliara a été décidé de s’arrêter.

Pesante décision. Les pressions politiques ont eu raison du grand projet minier de Toliara, repris en main par la société australienne Base Resources en janvier 2018. Le conseil des ministres d’hier soir décide de suspendre le projet, jusqu’à une durée indéterminée. Les grands pas effectués par Base Toliara, filiale malgache de Base Resources depuis semblent ne pas avoir été compris par les autorités, vu les raisons évoquées dans le communiqué du Conseil des ministres d’hier, qui insiste sur l’importance des reprises des échanges entre Base Toliara et l’État malgache.

« Toute communication autour de Base Toliara est suspendue mais les échanges continuent entre le projet et les autorités….Les problématiques engendrées par les mésententes entre le projet et les communautés locales obligent à suspendre le projet », rapporte le communiqué. Par ailleurs, il a été souligné que les bénéfices et les avantages que pourrait en tirer le pays ne sont… « pas clairs ». « Les divers contrats signés auparavant ne mentionnent pas distinctement les bénéfices pour les communautés, la région et pour le pays », souligne encore le document.

Investissements

« Cette suspension a pour objectif de revoir la coordination de toutes les actions, et de continuer les échanges et réflexions avec les porteurs du projet », font ainsi savoir les instances en haut lieu.

Le directeur général de Base Toliara, Jean Bruno Ramahefarivo n’a pas encore voulu se prononcer sur le sujet hier soir. Toujours est-il qu’il serait donc amené à poursuivre d’intenses négociations avec l’État pour que les quelque 560 millions de dollars d’investissement pour ce projet d’extraction d’ilménite ne fondent pas comme neige au soleil. La section formation du futur personnel technique et cadres du projet est par exemple au stade avancé avec l’envoi dernièrement de vingt-cinq jeunes Tuléarois au Kenya.

Quelque quatre mille emplois directs et indirects découleront de la mise en œuvre de ce projet. Un point que le député de Toliara I, Siteny Andrianasoloniaiko a toujours réfuté, argumentant que le nombre exact serait bien en deçà de celui annoncé par le projet. Outre les questions environnementales décrites comme menacées par les extractions de sables minéralisés, longtemps soutenues par l’artiste Théo Rakotovao. Les intérêts divergents autour du projet ont même abouti à des violences sans précédent au mois d’avril dernier avec la mise à feu du site minier à
Ranobe par ceux qui ne se sentent pas concernés par le projet. De l’ombre à dissiper ainsi pour que les
43 millions de dollars d’impôt prévus pendant la phase d’installation d’infrastructures entre 2020 et 2022 soient réels. Plus les 35 millions de dollars par an de ristournes.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • IL SERAIT TEMPS QU »AVANT DE SIGNER DES PROTOCOLES DE COOPERATIONS LES JURISTES ET UN COMITE DE DEFENSE DES INTERETS DE MADAGASCAR SOIENT MIS EN PLACE
    UN PROTOCOLE DE COOPERATION S’ANALYSE EN NE PERDANT JAMAIS DE VUES L’INTERET NATIONAL ET ON SIGNE APRES
    BEAUCOUP DE COOPERATIONS SONT S IGNES A L’AVEUGLE ET ON S’APRCOIT APRES QUE MADAGASCAR N’Y TROUVE PAS SON INTERET JE SUPPOSE QUE LA CORRUPTION EST PASSEE PAR LA COMME DAB