Accueil » Economie » Produits de rente – Le girofle en bonne position dans l’Atsimo Atsinanana
Economie

Produits de rente – Le girofle en bonne position dans l’Atsimo Atsinanana

La  région  Atsimo  Atsinanana  mise  son  expansion  économique  sur  le  girofle.

Le début de la campagne du girofle dans la région Atsimo Atsinanana s’annonce bien. La région et les communes profitent déjà des ristournes.

Bon démarrage. La campagne pour cette année a débuté le 23 septembre dernier pour la région Atsimo Atsinanana, qui se trouve en deuxième position en termes de production après la région Analanjirofo. Depuis deux années consécutives, le nombre de planteurs a accru car beaucoup ont trouvé de bonnes affaires dans le girofle, au détriment du café malheureusement.

Ce produit est quelque peu abandonné en raison notamment des plants qui avancent en âge. Le girofle en revanche, intéresse les collecteurs et trouvent preneurs outremer. Il se vend actuellement à 15 000ariary le kilo au départ des planteurs. « Le prix a été de 5000 ariary à 6000ariary il y a quelques années. Le girofle est très demandé ces derniers temps et il se vendait à 10000 ariary puis a 12000 ariary et maintenant 15000 ariary » apprend le gouverneur de la région Atsimo Atsinanana, Justin Mahafaky.

Le produit de rente se vend à 8000 dollars la tonne sur le marché international. Des sources locales confirment cette montée en puissance du girofle, jugeant le café et la vanille, peu intéressants pour le moment. « Le girofle se récolte une fois tous les deux ans dans notre région. La meilleure façon de le cultiver est de couper les tiges et attendre les nouvelles fleurs. Ceci, prend du temps. Mais les nouvelles fleurs donnent de très bonnes pousses de girofle » explique un planteur.

À gérer

Le girofle se cultive dans douze communes du district de Vangaindrano principalement. La région Atsimo Atsinanana et les communes se partagent les ristournes. 150 ariary par kilo son t demandés aux collecteurs acheteurs dont 50% reviennent aux communes et 50% à la région. Un collecteur actuellement peut demander de grosse quantité allant jusqu’à 250-400kg. « Il est important de ne pas négliger ce qui doit revenir aux planteurs malgré ce bon prix de 15 000 ariary le kilo. Des réunions se tiennent fréquemment pour réellement parfaire le chemin de ce produit » ajoute le gouverneur.

Des parlementaires élus dans les circonscriptions de l’Atsimo Atsinanana contribuent à la réhabilitation de certaines routes communales pour faire sortir le girofle. « Il serait plus judicieux et rentable d’exporter le girofle par le port de Taolagnaro au lieu de l’envoyer à Toamasina, en passant par Fianarantsoa et Antana­narivo avant de rejoindre le port de l’Est. La réhabilitation de cette portion de route de la RNT 12 A nous serait salutaire » poursuit Justin Maha­faky. Avec le projet ODOF (One district one factory) du ministère de l’Industrie, du commerce et de la consommation, la région projette de mettre en place des centres de triage du girofle. Ceci afin d’obtenir plus de valeur ajoutée au produit. La qualité étant meilleure pour fabriquer de l’huile essentielle.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter