Economie

Développement – Le tourisme outbound se développe

Les offres de voyages groupés à l’étranger se sont multipliées ces derniers temps.  Malgré un portefeuille serré, les Malgaches sont intéressés.

Malgré le marasme économique ambiant et la faiblesse du pouvoir d’achat des Malgaches, des opérateurs dans le secteur du voyage proposent des séjours à l’étranger à des prix cassés, mais visiblement encore hors de la portée de la plupart des bourses. La dernière offre en date est à mettre au crédit d’une entreprise qui propose un séjour d’un peu plus d’une semaine, à Jérusalem, pour la somme de 12 599 000 ariary tous frais compris. « Nous voulons proposer aux Malgaches une expérience unique dans une vie », lance Toky Ralisaona, le directeur général de l’entreprise qui indique que ce voyage prévu en janvier est avant tout un pari.

Signaux positifs

L’entreprise s’est lancée dans ce que le jargon définit comme le tourisme outbound, en 2017, avec des offres aux Maldives et récemment au Cuba. Notre interlocuteur a indiqué que partir à l’étranger était inespéré pour beaucoup de Malga­ches. « Les gens sont intéressés mais visiblement le prix reste un obstacle. Nous le comprenons. C’est pour cela que nous avons monté ces voyages à travers des partenariats avec de grosses compagnies aériennes. Pour le voyage en Israël, nous travaillons avec Ethiopian Airlines », a-t-il souligné. Pour pouvoir casser les prix, les voyagistes misent sur le nombre de clients. Ainsi pour le départ en Terre sainte avec le prix proposé, notre interlocuteur doit trouver au moins une quinzaine de personnes en promettant encore plus de réduction au-delà d’une vingtaine de participants. « Nous souhaitons inculquer une culture du voyage chez les Malgaches malgré les difficultés », conclut Toky Ralisaona.

Les offres de voyages organisés dans les sites touristiques nationaux ont, également, le vent en poupe actuellement. « Les consommateurs sont de plus en plus intéressés par les offres », a souligné un responsable au sein de l’entreprise Luc Rabearison qui souligne que la clientèle malgache est surtout intéressée par les sites balnéaires comme Nosy-Be et Sainte-Marie et une mention spéciale pour Mahajanga et Manambato.

Quoi qu’il en soit, l’essentiel du chiffre d’affaires de l’entreprise reste le tourisme inbound. Dans ce sens, Toky Ralisaona salue les signaux positifs envoyés par le gouvernement actuel dans le secteur. Il est d’avis que les actions devraient être surtout menées au niveau des infrastructures qui manquent cruellement au secteur. « Les aéroports sont les premières vitrines du pays », a-t-il notamment indiqué. Il a, par ailleurs, fait savoir que les acteurs du tourisme lorgnent actuellement sur le marché émetteur chinois fort d’une classe moyenne qui voyage beaucoup.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter