Accueil » Social » CHU Analankininina Toamasina – Le risque de coupure de courant réduit à néant
Social

CHU Analankininina Toamasina – Le risque de coupure de courant réduit à néant

Plus de risque de coupure de courant dans les services essentiels du centre hospitalier universitaire (CHU) Analankinina de Toamasina. Un système hybride de gestion de l’énergie est opérationnel dans cet hôpital, depuis hier, grâce à la mise en place d’une centrale photovoltaïque d’environ 80 KVA, dans le cadre d’un partenariat entre le gouvernement de Madagascar, à travers le ministère de la Santé publique et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), et avec la collaboration étroite de l’Agence de développement de l’électrification rurale (ADER). Le Centre régional de transfusion sanguine (CRTS), le bloc opératoire chirurgie d’urgence et une partie du bloc opératoire d’urgence de la maternité du Centre hospitalier universitaire d’Analankininina, ont un accès continu à l’électricité – avec une utilisation équilibrée et un basculement facile entre l’énergie de la Jirama, un système solaire ou un fonctionnement à base de batterie, grâce à cette nouvelle infrastructure d’électrification.

Le PNUD a financé ce projet à hauteur de 420 000 dollars. Ceci a permis d’établir deux systèmes voltaïques. Le premier système est constitué par cent quarante quatre unités de module photovoltaïque avec une puissance de 48,96 kWc, un système de batterie lithium d’une capacité totale de 60 kWh alimentant une partie du bloc opératoire « chirurgie d’urgence » et une partie du bloc opératoire d’urgence « maternité ». Le second système alimentant le CRTS a une puissance de 42,16 kWc, avec cent vingt-quatre unités de module photovoltaïque, avec une batterie lithium d’une capacité totale de 120 kWh.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter