A la une Economie

Hausse des prix – Les importateurs dans le collimateur

Le Président de la République s’est montré ferme en Conseil des ministres concer – nant la hausse inhabituelle des prix observée depuis quelques jours sur les étals.

Inquiétude chez les ménages. Alors qu’on n’est pas encore entré dans la période de soudure, les prix des produits de première nécessité connaissent déjà une hausse pour le moins inexpliquée ces derniers jours sur les étals. L’ampleur de la situation est telle que le Président de la République Andry Rajoelina l’a évoqué en conseil des ministres. «Les importateurs doivent être surveillés. Leurs stocks doivent être contrôlés et ils sont invités à expliquer la raison de l’augmentation des prix avant que nous entrions dans la période de soudure. Il est également important de respecter les principes de la concurrence pure au profit du consommateur», peut-on lire dans le communiqué. Il a ainsi appelé les responsables à prendre des mesures contre d’éventuels spéculateurs qui seraient tentés de tirer profit de la situation de flottement actuelle. Depuis quelques semaines, des mesures de sauvegarde annoncées par l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) ont ponctué l’actualité avec les importateurs qui ont brandi la menace d’une hausse des prix.

Spéculation

Le directeur général de l’ANMCC, Barthélémy avait clarifié la situation au début du mois en indiquant que les hausses actuelles sur les marchés ne peuvent être imputées aux mesures pour la simple raison qu’elles n’ont pas encore été appliquées. La direction générale du commerce a alors annoncé qu’elle effectuerait des descentes de vérification et de contrôle auprès des commerçants afin de s’enquérir de la réalité. Les PPN comme le riz, l’huile et le sucre seront particulièrement scrutés. La direction invite alors les opérateurs à faire attention à leur déclaration de stock et à respecter leur délai. Les papiers des transactions commerciales seront également contrôlés pour la traçabilité.

S’érigeant en défenseur des portefeuilles des ménages, Andry Rajoelina ne peut que voir d’un mauvais œil ce qui se passe actuellement sur les étals. Si récemment il s’est félicité de la baisse des prix à la pompe, des valeurs qui malgré l’application annoncée de la vérité des prix restent inchangées, force est de constater que cela n’a pas eu l’effet escompté sur le niveau de vie et cette hausse des prix des PPN commence à faire tâche auprès de l’opinion.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • RIEN N’EST FAIT POUR ATTIRER DES INDUSTRIELS A PRODUIRE SUR PLACE TOUT EST IMPORTE AVEC UN CHANGE TELLEMENT DEFAVORABLE QUE LES IMPORTATEURS NE PEUVENT QUE S’APPROVISIONNER DANS DES PAYS A BAS COUT DU COUP DES PRODUITS A COURTE DUREE DE VIE PARFOIS QUELQUES JOURS